L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 15 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Hildur & Siggy
Soffia Bjarnadottir   J’ai toujours ton cœur avec moi
Zulma 2016 /  16,50 € - 108.08 ffr. / 141 pages
ISBN : 978-2-84304-764-0
FORMAT : 12,5 cm × 19,0 cm

Jean-Christophe Salaün (Traducteur)
Imprimer

Etrange premier roman que nous livre l’islandaise Soffia Bjarnadottir aux éditions Zulma, toujours soignées. Etrange comme peuvent nous l’être les terres islandaises lointaines et mal connues des continentaux.

Hildur, une femme que l’on comprend abîmée par la vie, apprend que sa mère, Siggy, est morte, âgée, sans doute seule. Une mort prévisible qui apparaît comme une de ses dernières excentricités. En héritage, Hildur reçoit une lettre et une maison sur l’île de Flatey. De la vie bouleversée de l’une et l’autre femme, nous apprendrons des bribes comme autant d’éclairs qui viendraient éclairer des existences tourmentées, marginales. L’âpreté du récit, les chaos de la narration renvoient tout autant aux paysages hostiles des confins, balayés par le vent et durcis par le froid, qu’aux ruptures et aux ténèbres qui paraissent menacer à chaque instant les chemins de la mère comme de la fille.

Celle-ci apprend très tôt à vivre avec la folie douce (et parfois désespérée) d’une mère qui ne fut jamais soucieuse ni même occupée du devenir de sa fille. Elle s’en éloigne pour échapper aux brusques accès de dépression qui l’enterrent chez elle, dans le dénuement et la solitude, dans la crasse aussi. De cette marginalité, elle hérite comme un destin, incapable de devenir mère à son tour.

Hildur ne résout pas ce difficile combat contre l’atavisme maternel. Néanmoins, l’héritage inattendu reçu sur l’île de Flatey lui ouvre des horizons moins abrupts et laisse entrevoir l’espoir d’un peu de quiétude. Comme si, ayant appris à redouter avec sa mère ce que les liens avec autrui pouvaient apporter de risque mais aussi de bonheur, elle avait finalement reçu en testament de Siggy, la possibilité de se réconcilier avec elle-même et avec la vie.


Amélie Bruneau
( Mis en ligne le 14/03/2016 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd