L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 28 avril 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée littéraire 2016
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Essais littéraires & histoire de la littérature  
 

La Bible des Mirbelliens
Yannick Lemarié   Pierre Michel    Collectif   Dictionnaire Octave Mirbeau
L'Âge d'homme 2011 /  60 € - 393 ffr. / 1200 pages
ISBN : 978-2-8251-4126-7
FORMAT : 16,5cm x 24cm

L'auteur du compte rendu : Chargé d'enseignement en FLE à l'Université de Liège, Frédéric Saenen a publié plusieurs recueils de poésie et collabore à de nombreuses revues littéraires, tant en Belgique qu'en France (Le Fram,Tsimtsoum, La Presse littéraire, Sitartmag.com, etc.). Depuis mai 2003, il anime avec son ami Frédéric Dufoing la revue de critique littéraire et politique Jibrile.
Imprimer

Pierre Michel connaît tout de Mirbeau : la moindre traduction en espéranto, la date exacte de son passage dans la ville hollandaise de Zaandam au volant de la mythique 628-E8, son avis sur l’œuvre de Strindberg, ses rapports avec Dame Censure, les adresses de ses maîtresses, le contenu de chaque numéro des hebdomadaires Grimaces dont il fut le rédacteur en chef.

Le fin connaisseur a également autant d’érudition qu’il a l’art de fédérer les talents, surtout quand il s’agit d’ériger un monument à son Octave. Voilà qui est chose faite, de conserve avec Yannick Lemarié et grâce aux apports d’une cinquantaine de spécialistes tous plus patentés les uns que les autres ! Cela donne un grand format de près de 1200 pages en caractères serrés, non plus donc un dictionnaire, mais bien une encyclopédie entièrement consacrée au plus éminent représentant des Énervés de la Belle Époque.

L’homme méritait bien un hommage d’une telle ampleur, car que ne fut-il pas, cet infatigable polémiste ? Romancier, chroniqueur, pamphlétaire, dramaturge, conteur, journaliste, critique d’art, épistolier… Et sous toutes ces étiquettes, une même énergie, une même verve inimitable.

Pour apprécier la démesure de l’entreprise, autant s’aventurer directement dans sa table des matières, exact reflet de l’exhaustivité visée. Les deux premiers pans de l’ouvrage («Famille, amis et connaissances et «Pays et villes») sont relatifs à la biographie de Mirbeau ; suivent le détail des «œuvres» puis deux volets particulièrement originaux : «Thèmes et interprétations» et «Personnel romanesque».

Il faudrait être aussi fanatique de Mirbeau que les deux maîtres d’œuvre de ce volume pour en entreprendre une lecture filée. Mais cette somme devra rester à portée de main de quiconque se targue de fréquenter régulièrement l’auteur de Sébastien Roch. Elle constitue en effet désormais la meilleure introduction à certains textes connus et permet d’en découvrir de moins communément invoqués.

La partie «Thèmes et interprétations» semble de loin la plus féconde – et pas uniquement sous le prétexte qu’elle occupe la moitié de l’ensemble. Plutôt parce que, à travers des concepts, des mots-clés, des courants, des idéologies, c’est l’œuvre tout entière qui est revisitée de fond en comble. Bien sûr, l’on y traite de l’\"Affaire\" et du \"Bonapartisme\", d’\"Amour\" et d’\"Anarchie\", d’\"Engagement\" et d’\"Histoire\". Mais quelle excellente idée d’avoir osé des entrées a priori aussi improbables que «Abrutissement», «Fleurs», «Ironie de la vie», «Monstruosité» ou encore «Embrènement». Un tel fourmillement rend compte du fait que Mirbeau était à sa façon un «contemporain capital» et que sa réflexion dépassait le cadre du pur carriérisme littéraire. Non content d’embrasser le phénomène social, Mirbeau tentait de rendre compte de l’humain dans son entier, avec empathie ou cruauté, en tout cas toujours avec passion et dans le souci de lui restituer sa dignité.

On découvrira donc à travers ces pages un Mirbeau précurseur de l’écologisme et critique de l’eugénisme à l’époque où cette discipline acquérait ses lettres de noblesse. Un mâle ayant maintes fois souffert à cause des femmes, oscillant du coup entre gynécophobie radicale et gynécolâtrie face à certaines individualités irrésistibles, à l’instar de Berthe Morisot ou Camille Claudel. Un esprit dont les jugements évoluèrent (on pense par exemple à son passage de l’antisémitisme au dreyfusisme, ou encore à sa défense d’Oscar Wilde alors qu’il n’estimait guère les invertis).

Une question presque angoissante surgit immanquablement : que reste-t-il à dire de Mirbeau à présent ? Bien des choses, certainement. Pierre Michel et Yannick Lemarié, en passeurs, n’ont pas eu la prétention d’enfermer leur maître dans un sarcophage immaculé : ils l’ont restitué, pétri de ses contradictions, de ses complexes (dont le moindre ne fut pas celui d’Asmodée) et de ses richesses intérieures, bref, ils nous invitent à partager le trésor. Cela ne se refuse pas.


Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 22/04/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les 21 jours d’un neurasthénique
       de Octave Mirbeau
  • Combats littéraires
       de Octave Mirbeau
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd