L'actualité du livre et du DVDrencontre rencontrefemme Samedi 1 novembre 2014
    
 
     
Le Livre
Littérature
Rentrée Littéraire 2014
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Essais littéraires & histoire de la littérature  
 

Du silence à l'écriture
Pascal Quignard   Pascal Quignard, le solitaire - Rencontre avec Chantal Lapeyre-Desmaison
Les Flohic 2001 /  22.9 € - 150 ffr. / 248 pages
ISBN : 2-84234-113-9
Imprimer

Pascal Quignard a accepté de se prêter à l'exercice du portrait d'écrivain. Chantal Lapeyre-Desmaison, qui publie parallèlement un essai sur l'auteur intitulé Mémoires de l'origine (Flohic), l'a rencontré. L'entretien se décline en différents chapitres qui abordent les thèmes propres au travail et à l'imaginaire de Pascal Quignard. Il est illustré par des reproductions d'oeuvres d'art qui rappellent l'importance chez lui de la peinture, et plus généralement du visuel. Le chapitre IX, notamment, est illustré par des dessins de Jean Rustin, un de ses peintres de prédilection.

Devant son exégète, l'écrivain tient à garder le silence tant sur sa vie privée que sur son travail de création. Il n'a d'ailleurs que peu de choses à dire sur ce qui meut l'imaginaire et préside à l'écriture Il nous parle néanmoins de ses parents, du lycée de Sèvres où son père était proviseur et où sa mère avait fondé une école internationale bilingue franco-américaine. Il évoque aussi cette lignée d'organistes dont il est issu. "La seule autorisation qu'on eût de se lever de table au cours d'un repas était la consultation du dictionnaire pour ne pas laisser errer dans l'air de la pièce un mot incertain", se souvient l'écrivain, qui évoque également sa fascination pour les histoires, qu'il s'agisse des nouvelles de Henri James, de L'Ane d'or d'Apulée, ou encore du Lancelot de Chrétien de Troyes. Parfois, on ne sait plus s'il les a écrits ou s'il fait juste les commenter: ainsi du Nourrisson de Tours sur lequel se clôt le livre.

On trouve exprimée une érotique de l'écriture et de la lecture. L'écrivain est semblable au chasseur : "Ecrire ce n'est pas donner. Ecrire c'est chercher dans sa tête avec un crayon. C'est avancer avec un stylus. C'est chercher ou bien ce qu'on ignore ou bien ce qu'on a perdu avec ce qui manque ou ce qui feint de se substituer à ce qui manque". Il en est de même du lecteur, que Pascal Quignard ne distingue pas véritablement de l'écrivain. Le lecteur est le prédateur du réel, il l'emprisonne dans les filets du langage. "Entre celui qui ne sait pas le nom d'un arbre, d'une fleur, d'un oiseau, d'une roche, d'un astre, et celui qui en a étudié toutes les différences et qui les nomme par les petits noms dont il les a baptisées, la vue s'est accrue". La lecture ouvre la conscience au monde, elle est cette "loi qui me défend d'être moi" (Petits Traités).

Est précieux, incomparable, ce qui nous permet de nous affranchir de la convention du langage, de nous émanciper de la culture. "Il y a plus d'imprévisibilité à se fier au réel, au contraire de ce que faisait Borges, qu'à aller vers l'imaginaire". Aussi l'écrivain privilégie-t-il ces noyaux insécables d'altérité que sont le corps, le silence, l'aube, l'aventure érotique, l'enfance... L'écrivain est à la recherche de ce qui anticipe le langage. Mouvement difficile: "Comment se dénuder du langage avec du langage?", se demande Quignard. Le drame du langage réside dans son ambivalence: pouvoir d'évocation, mais aussi (au même moment peut-être) puissance de défiguration. Pour Quignard, l'opposition du vrai et du faux est une dialectique stérile. L'art et son silence - Quignard définit la littérature comme "mystère de l'oralité silencieuse" - ne sont pas concernés par elle: "(...) ma quête irait plutôt dans le sens de l'opposition de l'habillé et du nu".



Thomas Regnier
( Mis en ligne le 15/06/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2014
 
rencontre site de rencontre annonce rencontre rencontre belgique rencontre femme rencontre homme livre dvd chat rencontre