L'actualité du livre et du DVDrencontre rencontrefemme Samedi 29 novembre 2014
    
 
     
Le Livre
Littérature
Rentrée Littéraire 2014
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Classique  
 

La Signature italienne
Gabriele D' Annunzio   La Léda sans cygne
Le Festin 2013 /  15 € - 98.25 ffr. / 112 pages
ISBN : 978-2-36062-072-2
FORMAT : 20,3 cm × 13,5 cm
Imprimer

Gabriele D’Annunzio (1863-1938) est quelque peu passé de mode. On le lit peu en France et l'on n’en parle guère. Il est de surcroît très peu réédité et l’on pourchasse ses œuvres dans des éditions anciennes et difficilement accessibles. Quelques romans restent célèbres : L’Enfant de volupté (1889), Le Feu (1900), Nocturne (1916). Pourtant, son influence est importante (Montherlant a beaucoup pratiqué l’auteur) et son apport à la littérature moderne est non négligeable. Encore un grand écrivain inconnu qu'il faudrait redécouvrir.

Ce roman, de format bref et qui fut publié en feuilleton en 1914, reste dans la lignée du style de l’écrivain : bucolique, sensualiste, symboliste et nostalgique. L’histoire est celle d’une rencontre funèbre entre un homme et La Léda, femme sulfureuse et mystérieuse s'il en est. Emporté par un souffle marqué par la mélancolie et la force dramatique des éléments naturels, le style maniériste de l’écrivain incarne une idée bien précise (et peut-être désuète) de la littérature du début du XXe siècle. D’Annunzio se trouve à ce moment précis à Arcachon, en exil forcé, et fait ressortir à chaque page la torpeur et la volupté du lieu. La nature et les éléments viennent dresser un tableau très sensuel de la lutte pour l’amour et l’impossibilité tragique qui l’accompagne.

Bien sûr, la femme est dure, impalpable, mystérieuse et fantomatique. La mort seule peut sauver notre héros, qu’elle soit libératrice ou autodestructrice. Le style de l’écrivain italien est essentiel ici : lyrique, travaillé à l’excès, formaliste. Ce qui emportera ou rebutera le lecteur profane. La Léda sans cygne n’est pas une œuvre majeure de D'Annunzio même si elle est plus solaire que Nocturne ! A conseiller aux inconditionnels d'une littérature symboliste et emphatique.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 03/05/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2014
 
rencontre site de rencontre annonce rencontre rencontre belgique rencontre femme rencontre homme livre dvd chat rencontre