L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 15 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Divers  
 
Dossier Marcel Aymé
Un entretien avec Jacques Laurent
Ce que lisait Marcel Aymé
Sur la justice...
Les Silences de Marcel Aymé
Marcel de Montmartre
Bibliographie de Marcel Aymé

Sur la justice...
Sur la justice... - par Marcel Aymé


Un texte inédit de Marcel Aymé, présenté par Michel Lécureur président de la "Société des Amis de Marcel Aymé"
Imprimer

Malgré toutes les critiques qu\'il avait adressées à la justice, il s\'est trouvé, en 1961, un conseiller à la Cour d\'Aix-en-Provence pour solliciter et obtenir une contribution de Marcel Aymé à une réflexion sur l\'art de juger. Voici sa réponse, dans sa totalité :

Cher Monsieur,
Je suis très touché de votre bienveillante insistance, mais je me sens peu qualifié pour dire sur le sujet dont vous êtes occupé rien qui puisse intéresser des Juges. Je n\'ai pas fait d\'études de droit et je n\'ai jamais eu de procès.

Pourtant, à deux reprises dans ma vie, mon attention a été fixée sur la Justice de mon pays et sur son appareil : la première fois, alors qu\'étant collégien, je faisais l\'école buissonnière, je fréquentais, les jours de grand froid, le Tribunal correctionnel dont l\'audience était chauffée. · cette époque, en 1916, la Justice était une Justice de classe (il semble qu\'elle le soit encore, quoique avec précaution). J\'ai été profondément remué et scandalisé par la dureté et la grossièreté avec lesquelles les Juges traitaient les gens pauvres. La deuxième fois, ce fut à la Libération, le spectacle sans précédent en France, d\'une Justice d\'exception acharnée à la vengeance, et à laquelle une magistrature craintive n\'a pas ménagé son concours. Comme tout le monde, j\'ai été également au courant des nombreux scandales où la Justice s\'est gardée d\'intervenir, sinon de venir en aide aux concussionnaires. Voilà qui n\'est pas fait pour donner une idée rassurante de ce qu\'est devenue, en France, la plus haute des fonctions. Certes, des Juges peuvent se sentir à l\'aise dans une recherche consciencieuse du verdict, lorsqu\'il s\'agit de l\'assassinat d\'une rentière ou de l\'attaque d\'un coffre-fort. Mais est-ce là tout l\'exercice de la Justice ?

Les profanes de mon espèce attendent des Juges qu\'ils aient le courage de poursuivre le crime et le délit sans égards à l\'argent ni au pouvoir. Il leur semble que si la Justice consent à se laisser entamer dans ses positions les plus avancées, elle n\'est plus la Justice et qu\'un Juge ne peut avoir bonne conscience, même en face d\'un criminel de droit commun. Je souhaite que, dans votre discours d\'ouverture, vous mettiez en garde la magistrature contre l\'indifférence et la légèreté, bien sûr, mais d\'abord contre toute espèce de complaisance. Et je souhaite que vous soyez entendu !


Marcel Aymé
( Mis en ligne le 29/10/1998 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd