L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Histoire de l'art  
 

Vasari au XIXe siècle ?
Dan Franck   Le Temps des bohèmes
Grasset 2015 /  29 € - 189.95 ffr. / 1216 pages
ISBN : 978-2-246-85799-0
FORMAT : 15,5 cm × 24,0 cm
Imprimer

Et si Vasari, l’homme des «Vies» des artistes du Quattrocento, s’était égaré dans le Paris du premier XXe siècle ? Qu’aurait-il vu ? Qui aurait-il rencontré ? Quelles images en aurait-il tiré ? Moderne Vasari, Dan Franck a publié de nombreux romans (dont récemment La Société, très réussi dans un genre plus sombre) et a participé à la réalisation d’une série de documentaires en 6 épisodes : Les Aventuriers de l’art moderne.

Cet ouvrage, à mi chemin entre le roman, le récit et le document, en est la version écrite, un «temps des Bohèmes» qui se décline en trois saisons, scandées par les guerres mondiales. La galerie est haute en couleurs : on croise des peintres, des poètes, des écrivains, des galeristes, des collectionneurs, des mécènes, des héros et des traîtres… On se promène dans les différents courants de la culture contemporaine, on s’assoit à la table d’Apollinaire comme à celle de Sartre, on s’insinue dans l’intimité de Malraux et dans celle du couple Dali. On visite tout ce que l’art du XXe siècle compte de célébrités, on les lit, on les observe, on les écoute. Le lecteur, à la suite de l’auteur, s’aventure dans le Montmartre du début du siècle, campe près du Moulin rouge, s’installe au Flore ou à la Closerie des Lilas, fréquente cabarets douteux et bars d’hôtels luxueux… On découvre l’envers du décor, cette bohème aux accents de misère, cette gloire rêvée avec calculs ou générosité. On s’amourache de quelques muses et d’autant d’éphèbes… La vie d’artiste, entre ses misères et ses grandeurs, ses stéréotypes et ses marges.

Les anecdotes sont multiples, alimentées par une vaste bibliographie, les bons mots, légion : tout cela croustille, sent la dèche, l’aventure, l’amitié, les excès de tout, les petites arnaques et le système D… Dan Franck, avec un art consommé du récit, nous entraîne dans une histoire personnelle de l’art et de la France. Les descriptions nous découvrent des individus, au-delà des œuvres : on vit avec ces grands noms qui se lancent ou parviennent au sommet, on se révolte, on révolutionne puis on s’académise, on devient respectable, on s’embourgeoise même, et la révolte, toujours présente, est parfois plus rituelle, ou plus objet de marketing. Mais qu’importe, il y a l’art, la création, quelque chose de l’ordre de l’existentiel dans la vie de ces artistes.

Et puis il y a ce paysage extérieur, lancinant : les guerres, les idéologies, une culture de masse qui brasse la société française, et transforme l’art en marchandise, Paris qui figure, un temps, comme le lieu où l’art naît, où la révolte se transforme en happening. L’industrie culturelle émerge, avec ses entrepreneurs, ses filous, ses idéalistes (les portraits de galeristes, à commencer par Vollard, si habile, sont croustillants). Ce que Dan Franck donne à voir avec ce gros roman, c’est - plus que des vies, plus que des artistes en action occupés à marquer leur époque… - la modernité, un phénomène qui bouleverse tout, qui insère le politique dans l’art, qui révolutionne les styles, les genres, les méthodes. Un phénomène qui fait du spectateur un acteur, de l’artiste un intellectuel, de la beauté une marchandise, un étendard ou une révolte.

D’une plume sobre, qui se plait aux portraits, aux incises, au récit des mille et une vies, aux formules et aux piques (mais sans jamais énoncer de jugement), Dan Franck se promène et nous promène. L’ouvrage se lit avec plaisir, comme une visite particulière au musée d’Orsay et à travers la culture contemporaine, une visite qui alterne la gravité et l’humour, la dérision et la révolte. Un ouvrage épais qui se dévore ou se picore selon l’inspiration, à destiner aux amateurs d’art, de culture et à tous ceux qui apprécient les artistes autant que les œuvres, et qui savent que l’art peut aussi se vivre.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 04/01/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Roman Nègre
       de Dan Franck
  • La Société
       de Dan Franck
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd