L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 24 novembre 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Roman bipolaire
Antonio Muñoz Molina   Comme l’ombre qui s’en va
Seuil - Points 2017 /  8,30 € - 54.37 ffr. / 498 pages
ISBN : 978-2-7578-6875-1
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Première publication française en août 2016 (Seuil - Cadre Vert)

Philippe Bataillon (Traducteur)

Imprimer

Muñoz Molina a en fait écrit deux livres en un, monumentaux les deux, en intercalant les chapitres : l'un sur l'assassinat de Martin Luther King, l'autre traitant de son propre parcours littéraire. Le fil d'Ariane ténu qui réunit ces deux sujets étant la ville de Lisbonne où le meurtrier s'est réfugié et où il a lui-même vécu et commencé sa carrière littéraire.

Si l'idée est cohérente, le livre ne l'est pas. Profitant du fossé entre ces histoires, l'auteur s'essaie à deux écritures complètement différentes ; le lecteur se retrouve écartelé entre un compte rendu hallucinant de la folie de cet assassinat, minutieusement recensé, et une réflexion sur le métier d'écrivain et sa difficulté. Un roman parfaitement bipolaire.

Au fil des chapitres, la vie détraquée de James Earl Ray aboutissant à ce meurtre nous lasse et d'indifférence nous survolons ces chapitres touffus, répétitifs, bourrés de détails inintéressants sans doute destinés à créer une atmosphère... et faisant de l'ombre aux chapitres relatifs au métier d'écrivain.

Car il y a là une vraie réflexion sur ce métier, sa difficulté, sa fragilité, sa grandeur, son impact sur la vie conjugale et familiale. Muñoz Molina écrit des phrases remarquables sur la littérature, son pouvoir de création et de destruction, il frôle la philosophie et la psychanalyse. Quel dommage d'avoir voulu autant mélanger les genres... mais si l'on se concentre sur un seul des deux livres, la lecture en vaut la peine, elle est riche d'enseignements sur la vie.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 13/09/2017 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Vent de la lune
       de Antonio Muñoz Molina
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd