L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 21 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Science-fiction  
 

Vers l’infini et au-delà…
Poul Anderson   Tau zero
Pocket - Science Fiction 2015 /  7.90 € - 51.75 ffr. / 347 pages
ISBN : 978-2-266-23928-8
FORMAT : 11,0 cm × 17,5 cm

Première publication française en juin 2012 (Belial')

Jean-Daniel Brèque (Traducteur)

Roland Lehoucq (Postfacier)

Imprimer

Au XXIIIe siècle, l’humanité s’est enfin élancée dans l’espace, accomplissant de longs voyages d’exploration… mais le voyage que s’apprêtent à réaliser les 50 hommes et femmes du Léonora Christina, un vaisseau révolutionnaire, est d’une nature nouvelle : pionniers humains, ils partent coloniser sans espoir de retour une planète située près de l’étoile Beta Virginis, à une trentaine de petites années lumières.

En soi, l’enjeu est majeur et l’humanité, enfin unifiée (mais là n’est pas le sujet du roman, qui ne livre, à cet égard, que des bribes d’information), dévoile à cette occasion une technologie futuriste et maîtrisée. La procédure est simple : équipé d’un réacteur original, le moteur Bussard qui trouve son carburant dans l’hydrogène collecté dans l’espace, le vaisseau accélère jusqu’à mi-parcours, approchant de loin la vitesse de la lumière, pour ensuite décélérer et arriver dans la proximité de Beta Virginis.

La difficulté technique résolue, le vrai problème demeure le facteur humain et la longue cohabitation dans un espace confiné. Pour cela, il faut un équipage d’individus exceptionnels, tous savants éminents, psychologiquement entrainés et testés. Des individus confrontés à un voyage éprouvant, au risque de tous les dangers de l’espace, voire à des situations improbables. Car lorsque le vaisseau s’emballe à la suite d’un accident et que sa vitesse ne cesse d’augmenter, jusqu’à frôler celle de la lumière, la situation devient difficile, entraînant des conséquences tant technologiques et scientifiques qu’humaines et psychologiques. Que faire désormais ? Comment ralentir le vaisseau devenu incontrôlable ? Quelle destination envisager ? Et quelle histoire refonder quand, au-delà du vaisseau, le temps s’écoule à la vitesse de la lumière ?

Les amateurs de SF connaissent bien Poul Anderson et sa Patrouille du temps : une lecture sympathique, gentiment «old school», qui classerait son auteur parmi les étoiles mineures du genre… Mais Poul Anderson a eu une longue carrière, auréolée de nombreux prix Hugo et Nebula. Novelliste talentueux, il est toutefois peu traduit en France ; aussi faut-il rendre grâce aux éditions du Belial pour la publication de ce roman exceptionnel (il sort aujourd\'hui en format poche chez Pocket), qui invite à revisiter l’œuvre d’un auteur plus subtil qu’il n’y paraît. Car ce Tau Zero est un grand, un beau roman de SF, qui passionnera les fans de la série Mars (K.S. Robinson), les lecteurs de Ben Bova, et plus largement les amateurs d’une science fiction qui sait allier science (convenablement vulgarisée) et fiction.

Éclairé par Roland Lehoucq - qui, après avoir réfléchi sur les collisions entre la science et Star Wars, la SF, Superman, etc., trouve dans le commentaire de ce roman une nouvelle occasion de laisser libre cours à un immense talent de pédagogue et de vulgarisateur –, ce roman se dévore. On passe avec plaisir et sans nœuds au cerveau des aspects scientifiques aux problèmes humains, dans ce huis clos de haute volée ; on envisage – comme une belle hypothèse – les problèmes qui se posent à l’équipage, au sein d’un espace-temps qui s’affole.

A la vitesse de la lumière, l’univers s’avère changeant, vieillissant, mourant même, et l’humanité n’y pèse décidément pas lourd. Développant son hypothèse jusqu’à ses prolongements les plus extrêmes, Poul Anderson entraîne son lecteur dans une odyssée hallucinante, avec, en arrière-plan, ce parfum scientifique qui fait du roman un modèle de hard science lisible (et la prouesse mérite d’être soulignée).

Autant dire que l’ouvrage est un incontournable, et sans doute l’une des meilleures surprises SF de l’année.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 12/01/2015 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Patrouille du temps
       de Poul Anderson
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd