L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 19 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Adaptation  
 

D’un autre temps
Bertrand Galic   Marc Lizano   Le Cheval d’orgueuil
Soleil - Noctambule 2016 /  18 € - 117.9 ffr. / 142 pages
ISBN : 9782302047945
FORMAT : 21.5x30 cm
Imprimer

En 1975 paraissait un ouvrage, mi roman, mi récit, au succès improbable et
gigantesque : Le Cheval d’orgueil, de Pierre-Jakez Hélias… un ouvrage
qui évoquait l’enfance d’une jeune breton, l’auteur, au début du XXe siècle.
Mais une enfance si éloignée de celle d’un Français de 1975 qu’elle en
paraissait exotique, surréaliste : une enfance en breton, une enfance bercée
de contes et de légendes fantastiques, une enfance où la langue française
est encore celle d’un autre peuple, une enfance où les « rouges » et les «
blancs » sont encore en guerre. La Bretagne bretonnante de Pierre-Jakez
Hélias est celle de l’Ankou, de la chienne du monde, du sang noir, des
animaux qui vont à la noce et des hommes qui boivent trop… c’est une enfance
des lendemains de guerre, une enfance où une vieille culture recule face à
une culture plus vaste et conquérante. Et tout l’art de Pierre-Jakez Hélias
fut de redonner vie et couleurs à cette culture bretonne, de lui redonner un
sens et sans en faire un exotisme de pacotille, lui accorder la
considération affectueuse qu’on a pour un arbre, une maison qui vous a vu
grandir.

Cette tendresse, qui va de pair avec un souci anthropologique de préserver
des traces et une culture, Lizano, au dessin, et Galic, à l’adaptation,
l’ont parfaitement saisi. Après une Ile aux trente cercueils
magnifiquement interprétée, Lizano avait déjà fait ses armes dans le monde
breton et sa mise en scène, quant à Galic, il a su, en piochant quelques
éléments saillants dans l’immense récit d’Hélias, donner à cette enfance
bretonne une densité neuve, celle d’un grand-père qui raconte la vie et le
monde de manière différente, celle d’un père et d’une mère qui éduquent à la
dure, mais toujours avec l’amour et le sens de la dignité, celle des amis,
des voisins, qui appartiennent à ce monde à la fois disparu et très présent.
En une série de petits chapitres tirés de l’ouvrage, et dans un trait qui
donne à chaque personnage un côté un peu enfantin, les auteurs ont atteint,
de nouveau, le but proposé par Hélias, celui de redonner vie et dignité au «
patois », au « folklore » et de montrer la beauté, poétique, de cette
culture plus vivace qu’il n’y paraît. Un monument de la littérature
anthropologique, finement adapté et joliment mis en scène : une manière
douce de découvrir ou de redécouvrir non seulement un grand classique, mais
également une époque.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 25/01/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L’Île aux trente cercueils
       de Marc Lizano
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd