L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 20 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 
Dossier Napoléon
Correspondance générale
Les Royalistes et Napoléon
Les Français sous Napoléon
La Mort de Napoléon
Correspondance générale
Les Mensonges de Waterloo
Jakob Meyer, soldat de Napoléon
La Corse du jeune Bonaparte
Napoléon et Joseph Bonaparte
Correspondance générale
Cent Jours - La tentation de l'impossible
Quand les enfants parlaient de gloire
L'Aigle et la Synagogue
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 3
Le Sacre de Napoléon. 2 décembre 1804
Les Français et l'Empire
Quand Napoléon inventait la France
Maret, duc de Bassano
La Chute ou l'Empire de la solitude
Napoléon. Mon aïeul, cet inconnu
Nouvelle histoire du premier empire - Tome 4
1812 - La paix et la guerre
L'Allemagne de Napoléon
Du Niémen à la Bérézina
Guerre et armées napoléoniennes
Correspondance générale
Correspondance générale
Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l’Aigle
Murat - La solitude du cavalier
Percier et Fontaine
La Berline de Napoléon
La Première guerre totale
Les Hommes de Napoléon
Chroniques de Sainte-Hélène - Atlantique sud
L’Abdication
Napoléon et ses hommes
De la guerre
Correspondance générale
La Conspiration du général Malet - 23 octobre 1812
Napoléon, l'esclavage et les colonies
Des résistances religieuses à Napoléon
Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène
Kléber l'indomptable
Napoléon et l'Opéra
Napoléon, de la mythologie à l'histoire
Napoléon et la mer
Naissance du Code Civil
Champollion
La France de la Révolution et de l'Empire
Le Grand voyage de l'obélisque
Les Opposants à Napoléon
Dominique Vivant Denon
Le Grand Consulat
Le 18 Brumaire
Waterloo
Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
Lendemains d'Empire
Le Voyage en Egypte
La Province au temps de Napoléon
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 2
Napoléon, le monde et les anglais
Sainte-Hélène
Le Maréchal Davout
Nelson contre Napoléon
Austerlitz
Austerlitz
Trafalgar
La Garde impériale
La Légende de Napoléon
Figures d'Empire
L'Impératrice Joséphine
Napoléon
Napoléon Bonaparte
L'Empire des muses
Passion Napoléon
Napoléon Ier et son temps
Le Sacre de Napoléon
Napoléon
Mythes et légendes de Napoléon
Kléber après Kléber (1800-2000)

Le livre qui n’existait pas
Napoléon Bonaparte   Bruno Colson   De la guerre
Perrin 2011 /  26 € - 170.3 ffr. / 540 pages
ISBN : 978-2-262-03630-0
FORMAT : 15,3cm x 24cm

L'auteur du compte rendu : Archiviste-paléographe, docteur de l'université de Paris I-Sorbonne, conservateur en chef du patrimoine, Thierry Sarmant est responsable des collections de monnaies et médailles du musée Carnavalet après avoir été adjoint au directeur du département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. Il a publié, entre autres titres, Les Demeures du Soleil, Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi (2003), Vauban : l'intelligence du territoire (2006, en collaboration), Les Ministres de la Guerre, 1570-1792 : histoire et dictionnaire biographique (2007, dir.).
Imprimer

Un inédit de Napoléon, un traité consacré par l’Empereur à l’art de la guerre : c’est l’idée que donne de cet ouvrage sa superbe et trompeuse couverture. Mais sitôt le livre ouvert, l’illusion se dissipe. Il ne s’agit pas d’un livre intitulé De la guerre écrit par Bonaparte mais d’un habile montage imaginé par un historien contemporain.

Bruno Colson est parti de la similitude, souvent soulignée, entre la pratique stratégique et tactique de Napoléon et l’élaboration théorique formulée par Clausewitz dans son Vom Kriege, publié à titre posthume en 1832. Partant de ce parallèle, il a repris le plan du traité de Clausewitz pour mettre en ordre les écrits et les propos de Napoléon en rapport avec la guerre.

Le résultat est infiniment séduisant mais totalement fallacieux. Il est d’abord risqué de mettre sur le même plan une conception intellectuelle d’ensemble, dont la cohérence est voulue (même si le traité de Clausewitz est demeuré inachevé), et une pratique militaire qui s’étend sur près d’un quart de siècle et est pour une grande part dictée par les circonstances. En faisant entrer dans les cases prévues par Clausewitz les réflexions éparses de Napoléon, il est par trop aisé de prouver ce que l’on souhaite démontrer : à savoir la résonance de l’œuvre de l’un avec l’action de l’autre.

Mais la faiblesse majeure du dispositif inventé par Bruno Colson est ailleurs. Faute d’écrits théoriques de l’Empereur, l’historien est contraint de puiser à toutes sources : correspondance générale de Napoléon, mémoires détachés, Mémorial de Sainte-Hélène, témoignages et propos rapportés par des familiers. Or ces différentes sources n’ont pas le même statut ni la même valeur. Seules les lettres de Napoléon peuvent être considérées comme exprimant la pensée du stratège à un moment donné – et encore ! Qu’il soit général, premier consul ou empereur, le héros n’hésite pas à se contredire, à grossir ses effets, à se donner en spectacle, à jouer du personnage de «grand homme» et de génie militaire que lui ont reconnu ses contemporains.

Quant aux autres sources, elles doivent être maniées avec davantage de précaution encore. Tout ce qui est écrit a posteriori, par Napoléon ou ses contemporains, est déformé par la connaissance des événements postérieurs à ceux qui sont rapportés et par des intentions politiques ou apologétiques. Les «propos de table» reflètent autant sinon plus les opinions des compilateurs que celles de leur auteur supposé. Ainsi chacun accommode-t-il Napoléon à sa sauce : révolutionnaire, monarchiste, nouveau Robespierre, homme d’ordre, tyran à l’orgueil démesuré, stratège visionnaire, etc. Sans qu’il soit besoin de recourir à une critique fort poussée, il suffit de comparer le style de la correspondance et celui de certains propos rapportés pour se convaincre que ces derniers sont tout droit sortis de l’imagination d’un mémorialiste.

Bruno Colson sait tout cela et l’expose fort clairement dans son introduction, mais le génie propre de son entreprise le contraint à s’appuyer sur les «maximes» de l’Empereur, quelle qu’en soit la provenance, aussi bien que sur les écrits issus de sa pratique. On lira donc ce livre avec beaucoup de plaisir mais sans oublier qu’il s’agit d’une ingénieuse fiction, qui ne saurait se substituer aux conclusions à tirer d’un examen serré des sources primaires.


Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 06/12/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Dossier CLAUSEWITZ (1780-1831)
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd