L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 21 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 
Dossier Napoléon
Correspondance générale
Les Royalistes et Napoléon
Les Français sous Napoléon
La Mort de Napoléon
Correspondance générale
Les Mensonges de Waterloo
Jakob Meyer, soldat de Napoléon
La Corse du jeune Bonaparte
Napoléon et Joseph Bonaparte
Correspondance générale
Cent Jours - La tentation de l'impossible
Quand les enfants parlaient de gloire
L'Aigle et la Synagogue
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 3
Le Sacre de Napoléon. 2 décembre 1804
Les Français et l'Empire
Quand Napoléon inventait la France
Maret, duc de Bassano
La Chute ou l'Empire de la solitude
Napoléon. Mon aïeul, cet inconnu
Nouvelle histoire du premier empire - Tome 4
1812 - La paix et la guerre
L'Allemagne de Napoléon
Du Niémen à la Bérézina
Guerre et armées napoléoniennes
Correspondance générale
Correspondance générale
Pie VII face à Napoléon : la tiare dans les serres de l’Aigle
Murat - La solitude du cavalier
Percier et Fontaine
La Berline de Napoléon
La Première guerre totale
Les Hommes de Napoléon
Chroniques de Sainte-Hélène - Atlantique sud
L’Abdication
Napoléon et ses hommes
De la guerre
Correspondance générale
La Conspiration du général Malet - 23 octobre 1812
Napoléon, l'esclavage et les colonies
Des résistances religieuses à Napoléon
Napoléon et le Mémorial de Sainte-Hélène
Kléber l'indomptable
Napoléon et l'Opéra
Napoléon, de la mythologie à l'histoire
Napoléon et la mer
Naissance du Code Civil
Champollion
La France de la Révolution et de l'Empire
Le Grand voyage de l'obélisque
Les Opposants à Napoléon
Dominique Vivant Denon
Le Grand Consulat
Le 18 Brumaire
Waterloo
Voies nouvelles pour l'histoire du Premier Empire
Lendemains d'Empire
Le Voyage en Egypte
La Province au temps de Napoléon
Nouvelle histoire du Premier Empire - Tome 2
Napoléon, le monde et les anglais
Sainte-Hélène
Le Maréchal Davout
Nelson contre Napoléon
Austerlitz
Austerlitz
Trafalgar
La Garde impériale
La Légende de Napoléon
Figures d'Empire
L'Impératrice Joséphine
Napoléon
Napoléon Bonaparte
L'Empire des muses
Passion Napoléon
Napoléon Ier et son temps
Le Sacre de Napoléon
Napoléon
Mythes et légendes de Napoléon
Kléber après Kléber (1800-2000)

Annus horribilis par excellence
Jean-Noël Brégeon   1812 - La paix et la guerre
Perrin 2012 /  24.50 € - 160.48 ffr. / 426 pages
ISBN : 978-2-262-03239-5
FORMAT : 14,1 cm × 21,0 cm

L'auteur du compte rendu : Alexis Fourmont a étudié les sciences politiques des deux côtés du Rhin.
Imprimer

Je tiendrai à Votre Majesté le même langage que j’ai tenu à l’Empereur Alexandre deux jours avant la bataille d’Austerlitz (…). Sire, Votre Majesté sera vaincue ; elle aura compromis le repos de ses jours, l’existence de ses sujets sans l’ombre d’un prétexte. Elle est aujourd’hui intacte, et peut traiter avec moi d’une manière conforme à son rang ; elle traitera avant un mois dans une situation différente». C’est en ces termes tout empreints «d’arrogance, de menaces, de sarcasmes et de fausse sollicitude» (C. Clark) que l’Empereur des Français répondit, en 1806, aux exigences répétées du roi de Prusse Frédéric-Guillaume III de faire «quelque place à l’honneur» de son pays.

Ainsi que le rappelle Jean-Joël Brégeon dans son récent ouvrage 1812. La paix et la guerre, six ans plus tard, la situation n’avait pas sensiblement évolué. La configuration du Vieux Continent demeurait tout à fait favorable à Bonaparte. Sa prééminence avait même été renforcée au gré de ses innombrables victoires militaires. Pourtant, contenant les germes de l’achèvement de l’Empire, l’année 1812 fut un tournant décisif. Alors que le premier semestre ne connut point de «dégradation spectaculaire des relations internationales», hormis la guerre d’Espagne, les tensions liées au blocus des îles britanniques et l’affrontement entre Américains et Anglais dans la région des Grands Lacs, l’Empire s’écroula durant la seconde partie de l’année. A cet égard, l’historien Jean-Joël Brégeon évoque rien de moins qu’un «annus horribilis par excellence».

Pour autant, la chute de l’Empereur et de son système n’avaient rien d’inéluctable. Outre-Rhin, le général Vendémiaire parvint parfois à susciter une sorte d’euphorie. Un temps, saisi par une «sensation merveilleuse», Hegel crut par exemple voir en Bonaparte «l’âme du monde» faisant progresser la marche de l’Histoire. D’après le philosophe allemand, c’est essentiellement par le truchement des «grands hommes», i.e. des «héros», que se réalise l’Universel. «Leur justification, expliqua-t-il au cours de son ouvrage La Raison dans l’Histoire, n’est pas dans l’ordre existant, mais ils la tirent d’une autre source. C’est l’Esprit caché, encore souterrain, qui n’est pas encore parvenu à une existence actuelle, mais qui frappe contre le monde actuel parce qu’il la tient par une écorce qui ne convient pas au noyau qu’elle porte». Le célèbre penseur ne fut pas le seul à être séduit par l’œuvre napoléonienne. Pour des raisons différentes, tel fut également le cas d’un certain nombre de princes allemands, dont le prince Maximilien de Wittelsbach que Bonaparte fit roi de Bavière.

Au fil de cet ouvrage clair et concis, dont les pages consacrées aux grandes figures artistiques, intellectuelles et politiques de l’époque comme Kleist, Beethoven et Goethe sont tout à fait savoureuses, Jean-Joël Brégeon brosse un portrait complet du monde en 1812. Ainsi l’auteur s’appesantit-il tout particulièrement sur l’esprit revanchard de la Prusse, sur la lancinante aporie polonaise ainsi que sur les relations de plus en plus délicates entre l’Empire des Français et son homologue russe à partir de prismes divers. Grand cas est également fait de l’échec de la campagne de Russie. Jean-Joël Brégeon rappelle à cet égard les passionnants souvenirs de Caulaincourt, lequel eut le privilège de voyager en tête-à-tête avec l’Empereur du 5 au 18 décembre jusqu’à Paris.

Annonciatrices de l’effondrement de l’Empire, les conditions de la retraite furent épouvantables. Anatole de Montesquiou, l’un des aides de camp de Bonaparte, rapporte que, dans les environs de Smolensk, il voulut aider des soldats accablés par la faim et le froid. «L’engourdissement, écrivit-il, les prenait debout ; ils continuaient cependant à faire quelques pas, puis ils trébuchaient et tombaient en avant. Une fois à terre, ils ne remuaient plus. Mais un moment encore quelquefois, on entendait leur plainte étouffée. La tête était un peu contractée et baissée, le visage était devenu bleu et les poings fermés se réunissaient violemment vers le creux de l’estomac ; tout le corps avait acquis une invincible raideur. C’est ainsi que l’on mourrait».


Alexis Fourmont
( Mis en ligne le 20/06/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Connétable de Bourbon
       de Jean-Noël Brégeon
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd