L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 24 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 

Henri IV sans panache
Janine Garrisson   Henri IV
Seuil 2008 /  23 € - 150.65 ffr. / 352 pages
ISBN : 978-2-02-098284-9
FORMAT : 15,5cm x 24cm

L'auteur du compte rendu : Matthieu Lahaye poursuit une thèse consacrée au fils de Louis XIV sous la direction du professeur Joël Cornette à l’Université Paris-VIII.
Imprimer

Paradoxalement, la plupart des livres d’histoire vieillissent vite. Peu nombreux sont ceux qui résistent aux modes et aux changements de l’historiographie. La biographie que Janine Garrisson a consacré en 1984 à Henri IV (1553-1610) et que republie ces jours-ci Le Seuil n’est pas de ceux-là. Sa saveur un peu passée en fait une biographie assez poussive, sans originalité, loin d’égaler le Henri IV enlevé de Jean-Pierre Babelon paru en 1982.

Dans ce livre, Henri IV nous échappe désespérément en dépit de quatre parties prometteuses : Jeunesse d’un prince (1553-1576), Un prince en Guyenne (1576-1589), Genèse d’un roi (1589-1595) et Le roi de France (1595-1610). La narration trop chronologique finit par lasser quand elle n’arrive pas vraiment à rendre compte des spécificités de ce prince. De plus, l’historienne n’a pas fait l’effort de mettre son texte au goût du jour de l’historiographie, passant à côté d’une réflexion sur l’armature mentale du Vert-Galant. Rien de ce que Denis Crouzet a pu écrire sur sa proximité avec les idées néo-stoïciennes - pensées comme un moyen de réduire la fracture religieuse, n’a été intégré au texte.

La question de la légitimité, pourtant fondamentale dans la vie du Béarnais, est sacrifiée au profit d’une histoire déjà très connue. Ainsi, aucune réflexion sur les stratégies de persuasion mises en oeuvre par l’entourage du prince au travers de l’iconographie, des imprimés, mais aussi du cérémonial, ne permet de saisir la radicalisation absolutiste du régime en marche depuis le début des guerres de religion (1561). Pour tout dire, Janine Garrisson s’en tient à une conception appauvrissante de la biographie dont l’armature reste une bio-chronologie qui ne parvient pas à faire ressortir le sens d’une vie, d’une ambition, d’une vision du monde.

Si nous considérons volontiers qu’il est du rôle de l’historien d’offrir au plus grand nombre un accès à l’histoire au prix de simplifications habiles, il n’en reste pas moins que la discipline repose sur quelques règles fondamentales. La première d’entre elles consiste notamment à référencer ses sources. Ce n’est jamais le cas dans ce livre. A cela s’ajoute des citations parfois trop longues qui finissent d’égarer définitivement le lecteur.

Malgré tout, Janine Garrisson, spécialiste du protestantisme méridional, met en lumière certaines facettes intéressantes de celui qui demeure sans conteste l’un des souverains les plus populaires de l’époque moderne. Elle montre bien que ses co-religionnaires avaient raison de n’entretenir aucune illusion sur celui qui restait beaucoup plus prince du sang que protestant. Ainsi, en dépit des affrontements parfois violents avec son cousin Henri III (1551-1589), il veilla scrupuleusement à toujours garder le contact avec la famille royale et sut se convertir l’heure venue (1593).

Les descriptions du corps du roi, vieilli avant l’âge à cause d’une vie de combats, d’une vie passée dans l’angoisse de l’assassinat, pas si souverain de ses facultés sexuelles qu’on peut le lire parfois, restent les meilleurs moments de ce texte. Ils ne peuvent cependant pas faire oublier que l’inventeur prétendu de la poule au pot attend encore un biographe contemporain capable de le resituer dans notre connaissance renouvelée de ce moment clef de l’histoire française.


Matthieu Lahaye
( Mis en ligne le 18/11/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd