L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 20 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 

''Eh bien ! qui sont les trois ?''
Maurizo Serra   Les Frères séparés - Drieu La Rochelle, Aragon, Malraux face à l'Histoire
La Table Ronde - La petite vermillon 2011 /  8.50 € - 55.68 ffr. / 325 pages
ISBN : 978-2-7103-6798-7
FORMAT : 11,1cm x 17,7cm

Traduction de Carole Cavallera

Préface de Pierre Assouline

Imprimer

Le diplomate et ambassadeur italien auprès de l’Unesco Maurizio Serra aime apparemment se tenir en surplomb des sujets qu’il aborde, et cultive une dilection plus particulière encore pour les individualités fortes. À parcourir sa bibliographie, on croisera Fejtö, Marinetti ou encore Malaparte, autant de figures atypiques qui traversèrent l’Histoire – ou que l’Histoire pourfendit.

Dans Les Frères séparés, Serra évoque les vies de Drieu, Malraux et Aragon dans un étonnant chassé-croisé que son préfacier, Pierre Assouline, identifie au genre de la «polybiographie». L’exercice d’envisager ainsi les relations de trois existences dans un même livre nécessitait autant de virtuosité dans le traitement que de maîtrise des sujets respectifs ; Serra l’accomplit avec la maestria d’un fin connaisseur de ces destins, dont il retisse en point serré les origines et les cheminements, entre cahots et voie royale.

«Chacun à son tour fut ami, rival, personnage, miroir déformant des deux autres», remarque-t-il, et cette formule synthétise à merveille le jeu complexe d’affinités et de ruptures qui anima cette triangulation d’exception. Le «gaulliste», le «communiste» et le «fasciste» (oui, il y faut des guillemets, car ces étiquettes sont forcément réductrices) se côtoyèrent pendant plusieurs années, s’apprécièrent au point de trop s’aimer parfois et décryptèrent souvent leur trajectoire propre à l’aune de leur réciprocité. Quels qu’aient été leurs choix idéologiques (fourvoiement dans la collaboration, fidélité exclusive à un homme d’État, inféodation à un parti), ils vécurent jusqu’au bout leurs illusions, quitte à s’y consumer.

Maurizio Serra a fait œuvre utile et originale à la fois. Il nous permet de revisiter le périlleux XXe siècle à travers le prisme des engagements de ces écrivains d’envergure ; mais non content de s’attacher à la dimension publique de leur parcours, il creuse sans voyeurisme outrancier leurs failles humaines, leurs blessures fondatrices, leurs idéaux frustrés. La coïncidence des deux plans donne une photo de groupe nuancée et un tableau d’époque saisissant. Les bifurcations qui auparavant suscitaient la perplexité quand il s’agissait de les envisager en fonction d’un cas unique, s’éclairent ici grâce aux vertus d’un comparatisme raisonné. Et les parallèles de se toucher, quand est atteint l’horizon du talent.

«La parabole des frères séparés s’achève sur l’impossibilité de faire coïncider liberté de l’art et militantisme de parti». Ce n’est pas griller la fin de cet ouvrage que de révéler la conclusion morale que l’auteur en retire. Car l’enjeu de cette lecture tient plutôt dans la dynamique de sa mise en perspective. D’un côté de la balance, une fratrie d’intellectuels, «pris dans la nasse» comme le souligne Assouline, et dont le talent est estimé à force égale (même si les empathies de Serra flirtent par moment avec des sympathies très discernables) ; dans l’autre plateau, les forces supérieures auxquelles ils vont se colleter, avec les fortunes diverses qu’on sait. Au terme d’une enquête menée sur un triple front, aucune des personnes évoquées ne sortira grandie, néanmoins chaque personnage gagnera en étoffe, voire en noblesse intérieure.

Le contenu de l’ouvrage n’est peut-être pas neuf, certes ; mais le regard qui y est porté, lui, est audacieux et le pari, réussi. Comme quoi, en matière d’historiographie littéraire, l’intuition peut constituer une démarche légitime. Conjuguée à l’érudition, elle se hisse même au rang d’une véritable méthode.


Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 01/03/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Drieu
       de Victoria Ocampo
  • André Malraux
       de Olivier Todd
  • André Malraux. Une vie
       de Olivier Todd
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd