L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 

Un prophète
Denis Crouzet   Nostradamus - Une médecine des âmes à la Renaissance
Payot - Biographie Payot 2011 /  27.5 € - 180.13 ffr. / 459 pages
ISBN : 978-2-228-90644-9
FORMAT : 14cm x 22,5cm
Imprimer

Plus de quatre siècles après sa mort, Nostradamus (1503-1566) n’en finit pas de faire parler de lui. En effet, aujourd’hui encore, le personnage ne manque pas de susciter la curiosité de tout un chacun. Il faut dire que les prédictions de celui qui s’appelait en fait Michel de Nostredame se sont parfois concrétisées. Ainsi, il avait notamment annoncé au futur Henri IV qu’il deviendrait un jour roi de France ! Mieux, pour d’aucuns, il aurait prédit avec précision les arrivées au pouvoir de Bonaparte, d\'Hitler et de Franco ainsi que la survenue de bien d\'autres événements de premier ordre comme par exemple l\'ère atomique ou les bombes lâchées sur Hiroshima et Nagasaki au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Dans son récent et érudit ouvrage intitulé Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance, Denis Crouzet se penche sur le célèbre astrologue français. Né dans les actuelles Bouches-du-Rhône, Nostradamus fit ses études à Avignon et à Montpellier. En 1529, il devint docteur en médecine. Après s’être installé à Agen, il se dirigea vers Salon. A cette époque, il se dévoua pour aider à traiter l’épidémie de peste sévissant à Lyon (1530). Toutefois, en raison du grand succès de ses cures, Nostradamus finit par s’attirer la jalousie de ses confrères. Il préféra donc vivre dans la retraite. Ce n’est qu’à la fin des années 1550 que Nostradamus publia ses fameuses prophéties dans deux volumes de Centuries, lesquelles connurent un immense succès. Pour preuve, Catherine de Médicis l’appela à la cour. S’il devint le médecin de Charles IX en 1564, il continua d’habiter à Salon où le couple ducal vint régulièrement lui rendre visite.

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris IV-Sorbonne, Denis Crouzet s’efforce de percer le mystère nimbant Nostradamus. La tâche n’est pas aisée, loin s’en faut, tant le médecin apparait comme profondément insaisissable. D’une part, prévient l’universitaire, les documents et sources touchant à sa personne ne sont pas pléthore. Placées sous le signe de l’irrésolution, les prophéties de Nostradamus se trouvent par ailleurs être tout à fait impénétrables. Pour cette raison, l’histoire de Nostradamus ne peut guère subsister «que dans la fragmentation». L’étude de D. Crouzet ne porte pas sur les délires imaginatifs liés à Nostradamus. Il ne s’agit pas non plus d’une nouvelle tentative de déchiffrer les quatrains de l’astrologue, mais plutôt d’une sorte de déconstruction de ses écrits très énigmatiques et sibyllins.

En effet, souvent, le sens des prophéties se perd et même parait s’évanouir «dans la contradiction ou la polysémie, voire dans l’extravagance ou une sorte de débridage linguistique». Toute systématisation est donc impossible. L’ouvrage de l’historien de la Renaissance vise à dévoiler plus avant le véritable dessein de Nostradamus, c’est-à-dire les intentions qui furent les siennes lorsqu’il se mit à l’écriture. Pour ce faire, D. Crouzet s’est certes très largement appuyé sur l’œuvre du prophète, mais il est en outre allé au-delà des mots «parce que même dans un quatrain donnant l’impression d’une plus grande transparence, l’intelligibilité n’est jamais parachevée, et le sens reste toujours en suspension». Ainsi, pour ce faire, l’auteur a eu recours à «une herméneutique du dépassement du signifiant».


Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 11/10/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Jean Calvin, Vies parallèles
       de Denis Crouzet
  • Dieu en ses royaumes
       de Denis Crouzet
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd