L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 21 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 

Marie Stuart la tumultueuse
Isaure de Saint-Pierre   Marie Stuart. La reine ardente
Perrin 2011 /  23 € - 150.65 ffr. / 409 pages
ISBN : 978-2-262-03569-3
FORMAT : 15,7cm x 24,1cm
Imprimer

A la fois historienne, romancière et journaliste, Isaure de Saint-Pierre vient de se pencher sur la vie passionnée et fort tumultueuse de Marie Stuart. D’excellente facture, le récit biographique de la prolifique auteure s’intitule Marie Stuart. La reine ardente et a été publié aux éditions Perrin.

Née en 1542, moins d’une semaine avant la mort de son père (Jacques V), Marie était issue de la famille royale Stuart, laquelle régna d’abord sur l’Ecosse (1371-1714), puis sur toute la Grande-Bretagne (1603-1714). Il convient d’emblée de préciser que les droits des Stuart sur la couronne d’Angleterre se fondaient sur l’union de Jacques IV Stuart avec Marguerite Tudor, fille d’Henry VII. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Elisabeth Ière fit montre d’une méfiance singulière, voire d’une certaine animosité, à l’égard de sa cousine Marie Stuart.

Celle-ci fut, il est vrai, un personnage haut en couleurs. Non seulement reine d’Ecosse (1542-1567), elle fut également reine de France (1559-1560). Sous la régence de sa mère, Marie de Guise, Marie Stuart fut fiancée au dauphin de France. Elle fut ensuite emmenée en France, où elle fut élevée à la cour du roi. Le 24 avril 1558, Marie Stuart épousa le dauphin et signa, à cette occasion, un acte secret : si elle devait disparaître sans enfant, ses droits sur l’Ecosse et l’Angleterre seraient transmis à la couronne française. Un an après, son mari devint roi de France, mais mourut dès 1560. A regret, la veuve dut revenir en Ecosse.

Outre-Manche, Marie Stuart fit l’expérience de la Réforme. Elle mena une politique relativement prudente, en s’entourant notamment de conseillers protestants. Mais, en 1565, Marie épousa son cousin le jeune Henry Stuart, lord Darnley, que d’aucuns tinrent pour médiocre. N’ayant pour lui que sa beauté, Henry était lui aussi catholique, inconvénient de taille en pays protestant. Le couple ne fut pas particulièrement heureux, loin s’en faut, puisque Henry fit assassiner le favori de Marie. Son nouveau favori, James Hepburn, s’occupa quant à lui de faire disparaître l’encombrant mari : en 1567, la chambre dans laquelle se trouvait Henry fut pulvérisée par une explosion criminelle…

Trois mois après, Marie Stuart épousa ce sémillant favori, ce qui provoqua l’ire du peuple, du pape et de la plupart des cours européennes. L’union fut en effet célébrée selon le rite protestant. Pourtant, des nobles acquis à la Réforme se soulevèrent et vainquirent l’armée de Marie. Prisonnière, la reine fut emprisonnée dans divers châteaux. Après avoir abdiqué en faveur de son fils, Marie Stuart parvint à s’évader et s’en alla trouver refuge en Angleterre. Soupçonnant chez Marie le dessein de s’arroger le trône anglais, Elisabeth interna sa dangereuse rivale pendant plus de dix-huit ans.

L’initiative n’était pas totalement hasardeuse, puisque Marie Stuart organisa plusieurs conspirations visant à déstabiliser Elisabeth. Le 25 octobre 1586, Marie fut jugée, puis condamnée à mort. Si l’idée de faire exécuter la sentence répugna longtemps la reine d’Angleterre, Elisabeth finit par l’ordonner en 1587. Marie mourut avec courage et en tenant fermement sur sa foi catholique.

Avec une belle plume, c’est la vie romanesque de cette princesse cultivée que retrace Isaure de Saint-Pierre.


Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 25/10/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Jacques Ier Stuart
       de Michel Duchein
  • Les Derniers Stuarts
       de Michel Duchein
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd