L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 18 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 

Un antisémite d'Etat
Laurent Joly   Xavier Vallat - Du nationalisme chrétien à l’antisémitisme d’État 1891-1972
Grasset - Biographies 2001 /  21.83 € - 142.99 ffr. / 446 pages
ISBN : 2 246 60831 7
Imprimer

Le nom de Xavier Vallat est aujourd’hui oublié du grand public. Ce personnage connut pourtant deux heures de gloire qu’il revendiqua jusqu’à sa mort comme telles. Député de droite sous le Front populaire, il déclara devant Léon Blum le 6 juin 1936 : « Pour la première fois, ce vieux pays gallo-romain sera gouverné par un juif », sortant ainsi d’un relatif anonymat. Cinq ans plus tard, le gouvernement de Vichy le nommait à la tête du commissariat général aux questions juives, nouvellement créé. Il s’y illustra en élaborant notamment le second statut des Juifs en juin 1941. Laurent Joly est l’auteur d’une remarquable biographie politique et intellectuelle consacrée à Vallat.

L’ouvrage, très équilibré, présente l’intérêt de ne pas se concentrer sur les seules années d’exercice du pouvoir au commissariat général, mais d’insister au contraire sur la longue genèse d’une pensée antisémite particulièrement tenace. On lira ainsi de passionnants passages sur la jeunesse de Vallat. Né dans une famille catholique et hostile à la République, Xavier Vallat fut dès son plus jeune âge influencé par l’antijudaïsme catholique qui devint dans les années 1930, notamment après le Front populaire, un antisémitisme raisonné et forcené, transformé en antisémitisme d’Etat en 1941.

Combattant courageux pendant la Grande Guerre, il y gagna des galons d’officier et la croix de la Légion d’honneur. Mutilé, il fut tout au long de l’entre-deux-guerres un militant actif des associations d’anciens combattants. Avocat, il entreprit dans la chambre bleu horizon une carrière de député (1919-1924 et 1928-1940), inscrit au groupe des indépendants, en fait très nettement à droite, proche de l’Action française. C’est l’image de fils du peuple, de terrien, d’ancien combattant et de militant catholique sur lequel il appuya toute la première partie de sa carrière politique. L’antisémitisme du personnage, bien réel, n’était alors pas plus vindicatif que celui d’une grande partie de la population française, un antisémitisme « normal » à l’époque.

Ce n’est qu’avec l’arrivée du Front populaire et le danger « bolchevique » qu’il se radicalisa. Laurent Joly développe avec habileté l’idée que Vallat comprit après le 6 juin 1936, face aux réactions d’encouragement de toute une partie de la droite, qu’il avait un « destin antisémite » (p. 165). Il va dès lors essayer de théoriser son rejet des juifs afin de devenir selon les termes de Joly, un « antisémite sérieux ».

Après la défaite de l’été 1940, il devient un « spécialiste » du « problème juif » à qui l’on confia le commissariat général aux questions juives. Le second statut des Juifs fut son œuvre. Malgré son hostilité aux Allemands, il collabora avec l’administration allemande qui parvint toutefois à l’évincer. En décembre 1947, la Haute Cour de justice le condamna à dix ans de prison et à l’indignité nationale à vie. Il n’émit pas un seul regret au cours de son procès, se réclamant de son antisémitisme tout en défendant l’idée qu’il avait atténué le sort des juifs en France. Lorsqu’il sortit de la prison de Clairvaux en 1949, son compagnon de détention Charles Maurras, l’avait converti à la monarchie. Il fut alors jusqu’à sa mort l’une des figures de proue de l’extrême-droite, atténuant à peine son discours antisémite. Le « problème juif » connut à ses yeux une dernière mutation lorsqu’il devint par antisémitisme, un sioniste militant, partisan de l’émigration des juifs vers Israël.

Il mourut dans la foi catholique, inébranlable dans toutes ses convictions de jeunesse, ne reniant aucun de ses engagements passés. Tout l’intérêt du livre réside dans l’étonnante mise à distance à laquelle l’auteur est parvenu. Le livre est implacable, la démonstration rigoureuse. Utilisant de multiples sources extrêmement riches, Laurent Joly réussit le tour de force de déconstruire la légende et de restituer un personnage dans toute sa dimension historique.


Sébastien Laurent
( Mis en ligne le 15/10/2001 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Fabrication d'un antisémite
       de Nadine Fresco

    Ailleurs sur le web :
  • Lire le premier chapitre sur le site des éditions Grasset
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd