L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 22 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Biographie  
 

Un diplomate nazi
Barbara Lambauer   Otto Abetz et les Français - ou l’envers de la collaboration
Fayard - Pour une histoire du XXe siècle 2001 /  30 € - 196.5 ffr. / 895 pages
ISBN : 2213610231
Imprimer

La figure d’Otto Abetz, telle que la fait redécouvrir Barbara Lambauer dans l’imposante biographie qu’elle lui consacre, jette assurément une nouvelle lumière sur la collaboration ; ou, plus exactement, comme le titre le rappelle, sur l’envers de la collaboration.

Homme raffiné et cultivé, fin connaisseur et amoureux sincère de la France (il épousa même une Française), Abetz n’était pas le moins désigné pour revêtir, dans notre pays vaincu et occupé, les habits d’ambassadeur du IIIe Reich. Né en 1903 dans une famille modeste, ce professeur de dessin est, dès les années 1920, l’un des promoteurs de la réconciliation franco-allemande et organise personnellement des rencontres entre jeunes et anciens combattants de part et d’autre des rives du Rhin, notamment en qualité de responsable de la Reichsjugendführung. Il accueille avec une certaine indifférence l’arrivée d’Hitler au pouvoir et n’adhère que tardivement au parti national-socialiste - en 1937 -, préférant poursuivre sur l’injonction de Ribbentrop son action, à partir de 1935, au sein du Comité France-Allemagne, véritable pépinière de futurs collaborationnistes de plume et de poigne. La notoriété de spécialiste des questions françaises qu’il acquiert en la circonstance, comme ses contacts parisiens, nombreux et solides, lui valent donc de séjourner dans la capitale jusqu’en juin 1939, lorsque les autorités françaises, qui le soupçonnent d’espionnage, exigent son expulsion vers l’Allemagne sur fond de dégradation des relations diplomatiques des deux pays.

La victoire de l’Allemagne le ramène en France par la grande porte. Il est nommé ambassadeur à Paris par le Führer dont il est peu à peu devenu un conseiller écouté. Loin de l’image d’arbitre de la vie culturelle de la capitale et d’hôte prisé et affable du Tout-Paris, le rôle d’Abetz dans la mise en place et la systématisation de la collaboration est très nettement réévalué à la hausse par Barbara Lambauer. L’importance de son action dans la spoliation du patrimoine culturel, l’instauration de la politique antisémite de Vichy, l’amitié qui le lie à Laval - dont il facilite le retour en avril 1942 -, le soutien apporté à un Darlan qu’il instrumentalise à l’envi, témoignent de l’étendue de son influence comme de ses pouvoirs d’autant plus âprement défendus qu’il n’a pas toujours bénéficié de la même confiance à Berlin, au point qu’il y est rappelé quelques mois après le succès du débarquement allié en Afrique du Nord en novembre 1942. Directement impliqué dans l’assassinat de Georges Mandel en 1944, Abetz est condamné en 1949 par le Tribunal militaire de Paris aux travaux forcés. De recours en demandes de grâce, il est finalement libéré en 1954, comme de nombreux Allemands condamnés alors en France.

Du livre de Barbara Lambauer, armé d’un impressionnant appareil critique, peut-être parfois austère pour l’honnête lecteur, il faut avant tout retenir l’importance de la responsabilité de l’Allemagne dans la collaboration et les malheurs de la France, quelque active que fût la part prise par le régime de Vichy. Il faut également se souvenir que derrière le francophile distingué se tenait un homme entièrement acquis à la cause nazie qu’il servit et défendit fidèlement.


Jérôme Cotillon
( Mis en ligne le 22/02/2002 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Hitler. 1889-1936 : Hubris
       de Ian Kershaw
  • Hitler. 1936-1945 : Némésis
       de Ian Kershaw
  • Entretien avec Barbara Lambauer
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd