L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 19 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Science Politique  
 

Pour comprendre la campagne 2008
Bernard E. Brown   Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les élections américaines
Autrement - Enjeux politiques 2008 /  17 € - 111.35 ffr. / 192 pages
ISBN : 978-2-7467-1184-6
Imprimer

Les élections américaines de 2008 et l’obamania française ont soutenu une actualité éditoriale intense depuis le début du printemps. De nombreuses biographies consacrées au candidat démocrate (F. Durpaire et O. Richomme, J. Portes…) mais aussi à son rival républicain (M. Paillon et M. You…) ont envahi les rayons des librairies. Si ces ouvrages permettent de mieux connaître les personnalités et les parcours des candidats en lice, ils n’éclairent pas suffisamment sur l’histoire de la vie politique aux États-Unis. Par ailleurs concernant cette question, la bibliographie en langue française se cantonne à une portion congrue, s’inscrivant dans la continuité des écrits d’Alexis de Tocqueville et dans une orientation souvent très science politique (A. Kaspi, M.-T. Toinet, D. Lacorne & J. Vaisse).

Les éditions Autrement publient un essai neuf et brillant, à la fois dense et accessible au grand public, mêlant science politique et histoire comparative. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les élections américaines nous offre non seulement une compréhension clarifiée de la démocratie américaine, mais aussi une réflexion sur le rôle des partis dans les démocraties occidentales aujourd’hui, par une mise en miroir très pédagogique entre les États-Unis et le Vieux continent.

Ayant résidé en France et fort de son observation de la vie politique française, Bernard B. Brown, professeur émérite de science politique à la City University of New York, recèle un talent naturel pour expliquer au citoyen français le système politique américain à partir d’idées reçues dans l’Hexagone (par exemple, l\'omniprésence de l’argent et le poids des religions dans les élections…) et de la culture politique des Français. De plus, le choix d’un texte rédigé sous forme de dialogue en quatre chapitres, le ton passionné et érudit, et le recours aux comparaisons entre les deux rives de l’Atlantique facilitent une lecture qui, par son contenu, semblerait d’emblée austère.

Le premier chapitre de l’ouvrage aborde le mécanisme électoral et le système des primaires dans le cadre des institutions américaines. Ces dernières régulent leur fonctionnement notamment en précisant les modalités de financement des campagnes. L’illustration des modes de scrutin à travers des exemples d’élections des vingt dernières années donne une vision simplifiée à un système démocratique souvent perçu complexe, et qui paraît ainsi comme un régime politique comme un autre.

Le deuxième chapitre, consacré aux clivages idéologiques qui s’affrontent durant les élections, est probablement l’exposé le plus stimulant du livre. Le contenu nous semble inédit et propose une synthèse de l’histoire des partis américains depuis 1945. La clarification des clivages partisans entre le Parti démocrate et le Parti républicain s’opère définitivement au cours des années 1960 lorsque les démocrates conservateurs du Sud rejoignent les rangs du Old Party au moment où la question des droits civiques s’impose dans le débat public. Aussi, le système des partis ne se résume pas à l’antagoniste des deux «grands». Ces derniers doivent partager l’échiquier politique avec des petits partis et parfois des personnalités indépendantes qui pèsent régulièrement dans les résultats des scrutins présidentiels, à l’image des élections de 2000. Bref, si les questions liées aux lois fédérales (impôts, code du travail, réglementation des entreprises, aides sociales) divisent républicains et démocrates, les questions de guerre et de paix, de politique étrangère et de sécurité nationale transcendent les conflits partisans. Dans cette synthèse, Bernard E. Brown se risque même à une mise en perspective originale de l’histoire de la droite américaine en retransposant le modèle triparti rémondien des Droites en France.

Le troisième chapitre décrit la place des partis, véritables machines électorales, dans les scrutins. A l’image de la campagne menée par Barack Obama, les partis américains sont modernes, agiles et innovants, entrés dans l’ère électronique et informatisée, balançant entre changement et statu quo dans le cadre d’un bipartisme assez stable. Surtout, l’auteur précise que les élections ne sauraient se réduire aux seules techniques de communication. «Tous les scrutins depuis la présidence de Carter se sont joués, au fond, sur des questions essentielles, et trouvent tous leur place dans une évolution historique de long terme». Citant David Brooks, chroniqueur au New York Times, l’auteur ajoute que « la meilleure façon de gagner consiste à présenter aux gens une vision fidèle du monde, et à leur proposer une politique capable de donner a priori de bons résultats» (pp.132-133).

Le quatrième chapitre interroge les racines du discrédit de la vie politique américaine en France, principalement en relation avec les publications d’André Siegfried (1927 et 1954) et autres intellectuels de l’entre-deux-guerres. Aussi, «la naissance de l’Union européenne a changé le regard – condescendant ou admiratif – que les Européens portent sur les Américains», constate l’auteur (p.153). Il en ressort qu’en dépit des divergences culturelles transatlantiques, les partis constituent le mécanisme par lequel un système politique s’adapte ou non aux évolutions en cours (p.162). L’ouvrage conclue par une analyse de la campagne de 2008.

Ainsi, Bernard E. Brown réussit parfaitement son pari tout en corrigeant des représentations françaises sur les élections et les partis américains, trop souvent biaisées. La démocratie américaine n’est pas un show. Elle est traversée par des clivages politiques et idéologiques.

Un ouvrage de référence qui devrait s’imposer aux étudiants inscrits en facultés d’histoire, d’anglais et de science politique, ou encore pour tous ceux qui désirent approfondir leur connaissance des États-Unis...


Frédéric George
( Mis en ligne le 21/10/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd