L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Science Politique  
 

Prémices à Obama ?
Paul Krugman   L'Amérique que nous voulons
Flammarion - Champs 2009 /  8 € - 52.4 ffr. / 475 pages
ISBN : 978-2-08-122897-9
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en août 2008 (Flammarion)

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.

Imprimer

Paul Krugman, économiste, professeur à Princeton, prix Nobel d’économie en 2008, éditorialiste au New York Times… et opposant convaincu (et militant) à Georges W. Bush… cela fait beaucoup de casquettes, mais on conviendra que cela lui confère aussi une certaine autorité. L’anti Ann Coulter, alors ? En fait, L’Amérique que nous voulons n’est pas un énième pamphlet anti-Bush : mettant en œuvre une réflexion à la fois politique et économique sur le moyen terme historique, P. Krugman dresse le bilan d’une Amérique qui, des années 60 à nos jours, s’est engagée sur une pente douteuse, du fait de ses choix politiques.

Paul Krugman part dans cet ouvrage d’un constat (appuyé par une forte enquête statistique élaborée par T. Piketty et E. Saez) : la société américaine actuelle, en terme d’inégalités économiques, ressemble plus à celle de l’ère pré-New Deal qu’à celle des années 50-60. Une société qui s’est appauvrie (inégalement) du fait de décisions politiques visant à démanteler l’héritage de Roosevelt et donc les conquêtes du New Deal. Et donc, si l’Amérique a connu une révolution au XXe siècle, ce serait bien celle qui l’a ramenée à une situation économique et sociale proche de celle des années 20… Cette hypothèse, P. Krugman entend la démontrer en dressant tout d’abord un tableau de l’histoire américaine sous l’angle de la répartition des richesses et des inégalités, tableau qui part de la grande dépression jusqu’à nos jours. Discutant les explications socio-économiques traditionnelles (le boom des métiers hautement qualifiés, le déclin des syndicats du fait de changements structurels…), P. Krugman met en lumière quelques anomalies qui nécessiteraient d’autres facteurs d’explication. Son idée force, c’est le lien établi entre l’économique et le politique, un lien assez fort pour aller à l’encontre de la vulgate libérale : loin d’être l’otage des faits économiques, le politique serait au contraire à la tête de l’attelage.

Et le politique, en l’occurrence, c’est forcément le «conservatisme de mouvement», apparu dans les années 60, dans la foulée de Barry Goldwater, candidat républicain malheureux de 1966, et incarné par un Ronald Reagan, après une première «transition» nixonienne. Un courant politique dont P. Krugman remonte le cours, éclaire les réseaux, les concepts, les manières (le «style paranoïaque» mis en lumière par Richard Hofstader dans les années 60 s’exprime dans la rhétorique néo-conservatrice), les ténors enfin (avec d’autant plus d’ironie que les économistes ne sont arrivés que sur le tard dans la famille des néo-conservateurs). Un courant qui, loin de viser au consensus, s’épanouit au contraire dans le clivage politique, dans une guerre froide à usage interne entre «libéraux» et «conservateurs».

L’Amérique que nous voulons pourrait être alors la version «économiste» de What’s the matter with Kansas ? (Pourquoi les pauvres votent à droite ?, ouvrage qui entend montrer les origines culturelles du conservatisme de mouvement et de son succès), mais P. Krugman prend une certaine distance avec le livre de T. Frank et cherche ailleurs le péché originel, peut-être dans l’incapacité de nombreux Américains à admettre la déségrégation, d’où des réactions politiques extrêmes, sur fond de discours alarmistes : les années 60 ou la décadence ? On se reportera avec profit à l’ouvrage dirigé par R. Huret, Les Conservateurs américains se mobilisent, pour compléter – par des coups de sondes socio-historiques – ce tableau impressionniste.

La deuxième partie de l’ouvrage quitte le champ historique et analytique pour celui de la prospective : publié avant l’élection de novembre et la victoire de Barack Obama, le livre propose déjà, sinon le programme d’un nouveau New Deal, au moins les grands axes d’une cure d’égalitarisme politique, sur fond de repositionnement international.

Facilement stigmatisé comme un représentant des intellectuels de la côte Est, P. Krugman figure bien évidemment comme un opposant éclairé au conservatisme de mouvement, et plus spécifiquement à un hypothétique «bushisme». Mais L’Amérique que nous voulons est d’abord le tableau d’une histoire de l’économie politique américaine, une histoire critique. Les transformations de la société américaine (et occidentale) ont entraîné des mutations politiques fortes, et facilité l’arrivée à la tête du parti conservateur d’un courant réactionnaire, hostile à l’Etat social (voire à l’Etat tout court ?). Cet anti-étatisme s’illustre aujourd’hui par le démantèlement d’un héritage politique et social, celui du New Deal, un héritage que le soldat Krugman entend bien préserver.

Un essai engagé donc, mais tout d’abord un essai éclairé, qui vulgarise des théories économiques et propose une lecture originale du rapport entre l’économie et la politique. La lecture du moment, assurément.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 15/09/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Amérique dérape
       de Paul Krugman
  • Pourquoi les pauvres votent à droite
       de Thomas Frank
  • Les Conservateurs américains se mobilisent
       de Romain Huret , Collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd