L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 17 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Science Politique  
 

Histoire d’une bonne idée
Anne Dulphy   Christine Manigand   La France au risque de l'Europe
Armand Colin - L'Histoire au présent 2006 /  24.50 € - 160.48 ffr. / 292 pages
ISBN : 2-200-26696-0
FORMAT : 15,0cm x 20,5cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

La France est le pays des paradoxes : affirmation rapide sans doute, mais alors que la plupart des Français se déclarent europhiles, ces mêmes citoyens s’inquiètent d’une constitution qui pourrait réaliser ce projet et lui donner corps, enveloppant et dépassant les limites de la nation. Est-ce un hasard si la nouvelle question d’histoire contemporaine pour le concours du Capes/agrégation 2007/2009 porte sur la construction européenne ? En tous les cas, au vu des débats provoqués par le referendum constitutionnel, au vu des rumeurs, stéréotypes, craintes et espoirs véhiculés par Bruxelles et Strasbourg (on n’épiloguera pas ici sur le célébrissime péril du plombier polonais, aux accents maurrassiens), l’ouvrage publié par Anne Dulphy, professeur à l’Ecole Polytechnique, et Christine Manigand, professeur à l’université de Poitiers, s’avère, plus que judicieux ou topique, incontournable, tant pour les étudiants et spécialistes, que pour les citoyens en général, sensibles à une réflexion nourrie sur la question, hors des envolées lyriques et politiciennes.

Dans une introduction programmatique, les auteurs définissent leur projet : il s’agit de retracer un parcours franco-européen d’une cinquantaine d’années, qui mèle attentes politiques et logiques institutionnelles, aboutissant de nos jours à des thèmes inquiétants (le déclin de la France, la crise des institutions européennes…). Afin d‘évaluer la situation et d’établir un bilan de cette Europe compliquée trop souvent abordée à coup d’idées simples…

Un premier chapitre, classiquement, reprend l’historique de la construction européenne en France (premier chapitre qui trouve son pendant dans le dernier chapitre, évoquant les étapes institutionnelles de l’élargissement européen) : c’est là la seule concession, indispensable, à un événementiel connu. On y croise les projets avortés nés au XIXe siècle, les espoirs déçus des années 30 et du briandisme, un élan nouveau issu de la guerre, les pères fondateurs imprégnés d’idéaux variés… des hommes et des partis, enfin, qui font avancer l’idée d’Europe et s’investissent dans ses institutions. Petit guide de la France europhile (du moins de ses stars).

La suite de l’ouvrage, déroulant un plan fondé sur diverses problématiques et autant d’enjeux européens pour la France, pose des questions très actuelles, celles que se pose tout citoyen français : en vrac, l’Europe est-elle un surcroît de puissance pour la France, ou bien un invraisemblable appareil administratif qui l’alourdit ? La France y gagne-t-elle la paix ? et à quel prix ? Une politique européenne commune est-elle possible ? et une défense commune ? L’Europe a-t-elle les moyens d’agir ou bien l’élargissement n’est-il qu’un affaiblissement ? et cet élargissement, fonctionne-t-il ou bien dilue-t-il la nation française et sa puissance ? l’Europe est-elle une bonne affaire économiquement ? et l\'euro ? Les Français y croient-ils ou est-ce seulement le fantasme d’une coterie politique ? et qu’en disent les partis ? sont-ils seulement cohérents ? Pourquoi le «non» de mai 2005 ? et que signifie-t-il ? Au final, l’Europe existera-t-elle un jour ? Et que sera-t-elle alors : un Etat ? une fédération ? une nation même ?

Chaque question fait l’objet d’un chapitre, traitant d’enjeux économiques, politiques, militaires ou diplomatiques. Les chapitres suivent un plan didactique : A. Dulphy et C. Manigand font d’abord un historique de la question jusqu’à l’époque actuelle, entraînant le lecteur dans les méandres des lois, décrets, conférences, décisions, commission et bureau. Puis elles évoquent les enjeux de l’actualité. Le traitement de l’ensemble relève autant de la science politique et de la sociologie politique que de l’histoire : les auteurs vont à la source, utilisant organigrammes, biographies et souvenirs d’acteurs, statistiques, textes normatifs, discours, programmes politiques, références diverses émanant tant des institutions européennes que de la presse, des instituts de sondages…

De ce fait, la lecture peut paraître parfois austère, mais elle s’avère éclairante, suivant la volonté d’expliquer la politique actuelle selon une logique qui est celle de la construction, au risque des perceptions diverses et autres myopies. L’idée européenne «à la française» est alors analysée à la loupe, se heurtant aux écueils traditionnels : quid de la fameuse «identité» européenne ? quid du «patrimoine culturel commun» ? quid enfin d’une réalité géographique floue et d’un élargissement perçu comme une machine qui s’emballe plutôt que comme un projet cohérent ? Pour une France qui a conçu le projet européen comme une projection d’un modèle national, le présent est troublant, et l’avenir déconcertant. Or les auteurs font justement la démonstration que l’Europe ne peut se réduire à une perception ou à une volonté, ancienne qui plus est.

Pour le nouveau sujet d’agrégation d’histoire, les candidats tiennent, avec cet ouvrage, un manuel des plus efficaces, des plus riches et des mieux adaptés. Intellectuellement stimulant, dépassant l’approche strictement chronologique (trop souvent privilégiée dans les ouvrages portant sur la construction européenne) pour une réflexion thématique et surtout problématisée, cette synthèse ambitieuse, écrite sans concession à la facilité, ne peut que s’imposer comme l’ouvrage de référence de la question. En outre, ce texte se veut non pas militant, mais convainquant, comme une réflexion historique objective sur un phénomène politique complexe. Il ne faut donc pas le limiter au seul public des concours, mais l’élargir à celui des citoyens, comme une mise en perspective des ambitions européennes de la France. Une lecture nécessaire au final.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 06/04/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Vertige social-nationaliste
       de Dominique Reynié
  • Comment sauver l'Europe
       de Georges de La Loyère
  • Du bon usage des grands hommes en Europe
       de Jean-Noël Jeanneney , Philippe Joutard , collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd