L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 18 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

Une préhistoire polémique
Pascal Picq   Philippe Brenot   Le Sexe, l'homme et l'évolution
Odile Jacob 2009 /  21 € - 137.55 ffr. / 318 pages
ISBN : 978-2-7381-2168-4
FORMAT : 14,5cm x 22cm

L'auteur du compte rendu : Docteur en sociologie, diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris et de la Sorbonne (maîtrise de philosophie), Christophe Colera est l'auteur, entre autre, aux Editions du Cygne, de La nudité, pratiques et significations (2009).
Imprimer

A l’heure où notre espèce, débarrassée des tabous religieux, ne cesse d’approfondir aussi bien sa connaissance de ses origines que sa réflexion sur les relations interpersonnelles, Pascal Picq (paléoanthropologue au Collège de France) et Philippe Brenot (psychiatre et directeur d\'enseignement en sexologie) nous invitent à revisiter les origines d’un des aspects les plus intrigants de notre vie sociale : nos pratiques sexuelles.

\"Ce livre n\'est ni un traité, ni une encyclopédie du sexe ; il a la seule prétention d\'éclairer la question de l\'origine et de l\'évolution de la sexualité humaine\", avertissent les auteurs au début de l\'ouvrage. Le livre est en effet éloigné des sommes universitaires. C\'est avant tout une présentation très limpide de ce qui dans la sexualité animale permet de comprendre la sexualité humaine puis des facteurs de l\'évolution qui en expliquent les particularités actuelles.

L’ouvrage, pédagogique, ne laisse, au fil de ses développements, aucun concept dans l\'ombre, des plus accessoires aux plus essentiels (l\'exogamie, l\'uxolocalité, la compétition intersexuelle et intrasexuelle). Il rappelle que la reproduction sexuée n\'est pas la seule reproduction possible dans l\'ordre du vivant, coûteuse (ne serait-ce que du fait qu\'elle suppose l\'existence de mâles) et même violente (p.22), elle présente des avantages mais aussi beaucoup d\'inconvénients. Quant aux orientations sexuelles \"naturelles\" de notre espèce, on ne peut les déduire des caractéristiques des différentes espèces multicellulaires qui habitent notre planète tant la diversité de leurs pratiques est grande, ni même de l\'étude des singes chez lesquels on rencontre tout à la fois des couples fidèles et des pratiques de polyandrie ou de poligynie (les harems) avec une infinité de nuances dans les stratégies adoptées par les mâles et les femelles.

Tout au plus peut-on reconstituer les moeurs sexuelles de nos ancêtres à partir de la manière dont l\'évolution a façonné notre morphologie. Du fait que les hommes sont en moyenne d’un peu plus haute stature que les femmes, on peut ainsi déduire une compétition intrasexuelle modérée entre mâles. Et, compte tenu de la marge de développement du cerveau humain entre l’enfance et l’âge adulte (une singularité de notre espèce qui requiert des mâles un plus grand investissement dans l’éducation des enfants) à partir de l’homo ergaster, on peut supposer une relative permanence des couples sur plusieurs années, éventuellement tempérée par l’infidélité (qu’on remarque même dans les sociétés animales polygynes), les femelles gardant la haute main sur les techniques de séduction.

A mesure qu’ils développent ce scénario et les raisons d’y croire, Picq et Brenot règlent le compte de ce qu\'ils considèrent comme des idées reçues, des plus anciennes aux plus récentes. Ainsi démontrent-il sans peine que la vie de harem est l\'antonyme du paradis, tant la compétition entre les mâles pour le contrôle des femelles leur mine l\'existence, surtout dans les harems où les femelles ne choisissent pas leurs protecteurs comme chez les gorilles (elle cause même des ulcères aux éléphants de mer). Le bonobo est détrôné de son statut d\'icône de la liberté sexuelle par l\'orang-outan et même à certains égards le chimpanzé (p.51).

Plus subtilement les auteurs s\'en prennent à la thèse selon laquelle le nouveau-né humain serait forcément prématuré à cause de la station verticale (p.23), ainsi qu’à l’idée que les caractéristiques actuelles du corps féminin porteraient les traces d’une néoténie (p.125). Le livre s\'attaque aussi à la thèse popularisée entre autres par Helen Fisher (curieusement répertoriée en bibliographie sur seulement deux de ses livres, et pas le plus connu) selon laquelle \"parce que les mâles produisent des millions de spermatozoïdes et les femelles des ovules beaucoup plus rares (...) ceux-là auraient une tendance naturelle à la multiplication des partenaires\" (p.24) - thèse au demeurant reprise par Steven Pinker, cité par un seul de ses livres.

L\'idée que l\'orgasme serait une particularité humaine (développée par des sexologues humanistes comme Jacques Waynberg) est aussi battue en brèche (p.72, p.226). Les auteurs s\'en prennent avec force et à juste titre à l\'obscurantisme des sciences humaines (qu\'ils rapprochent de celui du créationnisme) et au refus obstiné de la culture française jusqu\'à très récemment de s\'intéresser sérieusement aux singes (p.78).

L\'hypothèse du redressement des hominidés qui fondait chez Timothy Taylor une théorie de la mutation de l\'oestrus est abandonnée (pp.91-92), l\'oestrus visible étant d\'ailleurs jugé compatible avec une bipédie fréquente chez l\'australopithèque - il aurait disparu chez le paranthrope (p.104). Cette rupture avec la linéarité du gradualisme est présentée par les auteurs à la fois comme plus scientifique et comme une source de plus d\'incertitudes que la précédente. Au passage, l’image forgée par Yves Coppens d’un redressement «d’un coup de rein» dans le Rift est tournée en ridicule, Brenot et Picq reprochant même au documentaire produit sous le contrôle du célèbre paléoanthropologue L’Odyssée de l’espèce de comporter des scènes «grotesques» (p.166).

A longueur de chapitres, le goût de la démystification pousse souvent les auteurs sur les sentiers de la polémique, et ce sur un ton qui parfois peut prêter à questionnement. Ainsi lorsque Picq et Brenot s\'emportent contre les États-Unis qualifiés de \"société malade du harcèlement sexuel, du viol et du puritanisme\" (p.36). L\'attaque semble viser les oeuvres de vulgarisation comme celle de John Gray, mais aussi, comme on l\'a vu, des travaux académiques comme ceux de Pinker. Or sur ce point la disqualification par la stigmatisation \"globale\" de la société où ont fleuri ces oeuvres n\'apparaît pas totalement convaincante. D\'autant que les thèses étatsuniennes attaquées sont souvent critiquées sans que la méthode dont elles résultent ne soit explicitement invalidée : ainsi de la thèse du faible engagement des mâles dans les conséquences procréatives de l\'acte sexuel (et sur le plan de la fidélité), qui, chez Helen Fisher, ne s\'appuyait pas seulement sur la densité des gamètes, comme le laissent croire Picq et Brenot, mais aussi sur une étude statistique de l\'organisation d\'un grand nombre de sociétés humaines sur laquelle les auteurs font complètement l’impasse. Leur haine de la psychologie évolutionniste confine même à la diffamation quand ils taxent implicitement de raciste la thèse de la préférence tendanciellement universelle des hommes pour les blondes (p.176) sans prendre la peine d’en critiquer les arguments, par exemple les remarques factuelles de Desmond Morris sur l’usage des perruques blondes dans la Rome antique. Le degré zéro du débat scientifique est même atteint quand (p.177) la thèse évolutionniste selon laquelle les hommes universellement préfèrent les femmes aux visages plus ronds et à la pilosité très légère est balayée sans argument par cette seule phrase assassine : «A croire que l’on cherche à justifier les horreurs du tourisme sexuel» (sic !).

L\'anti-américanisme du livre, qui se révèle dans la disqualification du «puritanisme» étatsunien, participe sans doute d\'un air du temps comme la valorisation des femmes (affublées à plusieurs reprises dans le livre de l\'attribut flatteur de \"sexe écologique\") ou certains traits d\'humour douteux (dans nos sociétés préservées de la guerre, peut-on rire au moyen d’un jeu de mot très étrange - p.50 - du fait que les bonobos du zoo de Berlin en 1944 soient tous morts d\'une crise cardiaque sous les bombardements, quand on sait quelle tragédie le carpet bombing fut pour la capitale de l\'Allemagne ?), ainsi que la reprise de clichés médiatiques qui prêtent à caution (les femmes violées de Bosnie, dont le chiffre cité p.211 a pourtant été maintes fois contesté). On aurait pu attendre mieux de chercheurs de ce niveau.

A part ces points faibles qui viennent parfois gâcher un peu sa lecture, il faut mettre à l’actif de ce livre qu’il rend honnêtement compte, et dans un style agréable, de l\'état le plus récent des savoirs sur l\'histoire de la sexualité humaine. A travers leurs analyses subtiles des mille et une petites bizarreries des organes et des comportements de notre espèce (la rareté des poils, le volume des seins, celui du pénis dépourvu d’os, l’existence de l’homosexualité) les auteurs font finalement prendre conscience de la beauté (improbable dans la nature) de cet érotisme érigé par l’humain au rang de production quasi-artistique, qui, en retour, a influencé notre morphologie aussi bien que nos formes de vie sociale au point de constituer un facteur absolument central de la conquête de notre liberté.


Christophe Colera
( Mis en ligne le 25/08/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Cerveau, Sexe et Pouvoir
       de Catherine Vidal , Dorothée Benoit-Browaeys
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd