L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 20 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Sociologie / Economie  
 

Corporéisme et culte du corps
Michela Marzano    Collectif   Dictionnaire du corps
PUF - Quadrige - Dicos Poche 2007 /  34 € - 222.7 ffr. / 1048 pages
ISBN : 978-2-13-055058-7
FORMAT : 14,5cm x 20,0cm

L'auteur du compte rendu : Alain Romestaing est maître de conférences en Littérature française à l’IUT de l’Université René Descartes - Paris V. Sa thèse, soutenue à La Sorbonne - Paris IV, traite du corps dans l’ensemble de l'œuvre de Jean Giono. Il est rattaché à l’UMR 7171, «écritures de la modernité», à la Sorbonne Nouvelle - Paris 3.
Imprimer

Après Le Dictionnaire du corps en sciences humaines et sociales paru en 2006 sous la direction de Bernard Andrieu (CNRS éditions), voici un nouveau signe, un an plus tard, de l’abondance des études accompagnant ce que Jacques Maisonneuve appelait le «corporéïsme» en 1975 et éliane Perrin, les «cultes du corps» en 1984 : Michela Marzano a fait paraître en effet un deuxième Dictionnaire du corps aux Presses Universitaires de France. Cette spécialiste de philosophie morale et politique, chercheur au CNRS, qui a d’ailleurs participé à l’ouvrage de Bernard Andrieu (pour l’article «pornographie» qu’elle reprend et développe de manière bien plus convaincante dans son propre dictionnaire), a néanmoins réalisé un projet différent.

Certes, le sujet est le même ainsi que la volonté d’offrir une approche interdisciplinaire (philosophie, médecine, droit, littérature, arts, anthropologie, sociologie, psychologie, psychanalyse, histoire...) qui tente de rendre compte du fait que «dans un sens, le corps est partout aujourd’hui» et que «ses conceptualisations restent assez rapsodiques», ce qui rend nécessaire de les rassembler de manière cohérente (Avant-propos, p.X). Mais justement, par ce souci de cohérence plutôt que d’exhaustivité (p.VIII), Michela Marzano se démarque de l’entreprise de Bernard Andrieu, lequel présente son dictionnaire comme «la première synthèse scientifique des recherches menées en sciences humaines et sociales» qui «se propose directement ou indirectement, avec l’index rerum, de dresser l’abécédaire exhaustif de ces débats» (Andrieu, 2006, p.XVIII). Tandis que Bernard Andrieu, dans une dynamique de fondation institutionnelle de «l’épistémologie du corps et des pratiques corporelles» dont il détient la première chaire à l’Université de Nancy I, insiste sur le croisement des recherches sur le corps et la création d’un réseau de chercheurs de différentes disciplines et différentes générations, Michela Marzano, au moins dans son avant-propos, adopte un style plus classiquement philosophique.

Son Dictionnaire du corps prend soin notamment de développer l’explication des théories et des concepts fondamentaux qui orientent la pensée occidentale du corps. Il est vrai que les articles sont souvent assez longs et par le jeu des recoupements déploient à loisir certaines notions fondamentales comme «nature», «dualisme», «expérience», «chair», «techniques du corps» ou «matérialisme», d’autant plus que les entrées ne se limitent pas à des thèmes mais peuvent correspondre aussi à des noms d’auteurs (philosophes, sociologues, artistes). Or, les thèmes sont très variés («âme», «Barbie», «cyborg», «eugénisme», «féminisme», «webcam»…) et d’extension plus ou moins large («maladie» ou «cancer»), et les noms sont attendus («Descartes», «Spinoza», «Merleau-Ponty», «Marcel Mauss») ou plus surprenants, quoique toujours pertinents («Pasolini», «Cronenberg»)… En outre, certains articles, comme le souligne Michela Marzano, sont «de véritables textes d’auteurs qui, tout en faisant le point sur l’état d’une notion ou d’une question, ont la marge de manœuvre nécessaire pour inclure une prise de position – je songe par exemple aux articles sur l’alimentation, l’islam, la violence, le cirque, les pleurs, etc.» (Avant-propos, p.VIII). On soulignera enfin le souci d’aborder également des débats très actuels, qu’il s’agisse des liens entre l’homosexualité et le droit ou de maladies très médiatisées comme l’anorexie ou l’obésité.

Tous ces articles sont bien sûr plus ou moins difficiles d’abord, mais ils ont été rédigés par des spécialistes reconnus, philosophes, médecins, juristes, sociologues… qui conjuguent le plus souvent la précision et la clarté. L’ensemble permet de rebondir d’une notion à l’autre, de confronter les disciplines et les auteurs et au final de se frayer sa propre voie dans ce qui pourrait apparaître comme un véritable maquis de connaissances, de représentations et de problématiques. Cet ouvrage dirigé par Michela Marzano est donc un outil à la fois rigoureux et passionnant qui, ajouté au dictionnaire de Bernard Andrieu, voire aux trois tomes de l’Histoire du corps, dirigés respectivement par Georges Vigarello, Alain Corbin et Jean-Jacques Courtine (Seuil, 2005 et 2006), participe à la synthèse et à l’approfondissement des savoirs contemporains concernant le corps.


Alain Romestaing
( Mis en ligne le 28/05/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Dictionnaire du corps
       de Bernard Andrieu , Collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd