L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 16 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Icon Animorum
Jean Barclay   Le Tableau des esprits
Brepols 2009 /  55 € - 360.25 ffr. / 320 pages
ISBN : 978-2-503-52567-9
FORMAT : 15cm x 21cm

Edition, annotation et introduction par Paulette Choné et Sylvie Taussig

L'auteur du compte rendu : Françoise Hildesheimer, conservateur en chef aux Archives nationales, est professeur associé à l'université de Paris I. Elle a notamment publié Fléaux et société. De la Grande Peste au choléra. XIVe-XIXe siècles (Hachette, 1999), un Richelieu chez Flammarion (2004) et plus récemment La Double mort du roi Louis XIII (Flammarion, 2007).

Imprimer

Grenwich est un très ancien Palais des Rois d’Angleterre, quatre mille au dessous de Londres sur la rive Tamise : il y a une montagne proche de ce lieu, qui du sommet moyennement élevé regarde la ville et la rivière (…). J’estois un jour par fortune monté de grand matin sur le plus haut, et estois en une solitude où personne ne pouvoit interrompre le cours de mes pensées, lesquelles vaguoient avec une très agréable liberté. Mais mon esprit fut presque aussitost arresté à cette beauté mémorable, que les yeux le furent en l’aspect, le plus beau non seulement d’Angleterre, pas peut estre de toute l’Europe». C’est à partir de cette rêverie que se développe Le Tableau des esprits (Icon animorum) de Jean Barclay, l’un des best-sellers du XVIIe siècle, que Paulette Choné et Sylvie Taussig tirent fort opportunément de l’oubli où il était tombé en en procurant une réédition savamment annotée et présentée avec une enthousiaste complicité avec l’auteur.

La vie de Barclay lui-même se joue au cœur de son temps : fils de l’Écossais Guillaume Barclay, illustration de l’Université lorraine de Pont-à-Mousson (on rappelle le rôle joué alors par la Lorraine, enjeu stratégique entre France et Empire), né en 1582, formé par les jésuites, ami et correspondant de Peiresc, il voyage à travers l’Europe sans obtenir la reconnaissance espérée en France, en Lorraine, ou en Angleterre, et se fixe enfin dans l’orbite pontificale, à Rome, où il meurt en 1621. Publié en latin en 1614, l’ouvrage a connu de nombreuses traductions, dont deux en français (dont l’une attribuée à Jean Tournet, avocat au Parlement de Paris, est proposée ici).

Pour les voyageurs comme pour ceux qui ne peuvent pas voyager, Barclay propose un itinéraire à travers la vie de l’homme, autrement dit de chaque lecteur, le caractère des diverses nations, celui des individus, les offices et métiers enfin ; parmi ceux-ci, ni marchands, ni artisans, ni paysans : on se limite à ce qui compte, les mondes de la cour, de la justice et de la religion.

La destination est double et deux lectures possibles, car il s’agit d’abord de l’instruction du roi (l’ouvrage est dédié à Louis XIII), mais le public visé s’élargit à ses sujets-honnêtes hommes ; il s’agit de décrire, de plaire et d’instruire en peignant un tableau de l’homme européen (Turcs et Juifs inclus) destiné dans un cas à apprendre à gouverner, dans l’autre à apprendre à mieux se connaître et à mieux se gouverner en société.

Entre Montaigne et Descartes (celui du tableau du Discours de la Méthode où il est dit «Je serais bien aise de faire voir, en ce discours, quels sont les chemins que j’ai suivis, et d’y représenter ma vie comme en un tableau, afin que chacun en puisse juger, et qu’apprenant du bruit commun des opinions qu’on en aura, ce soit un nouveau moyen de m’instruire, que j’ajouterai à ceux dont j’ai coutume de me servir», comme celui de la métaphore de l’arbre de la science des Principia et, plus généralement, du traité des Passions de l’Âme), en passant par Bodin, Henri de Rohan, le Richelieu d’Europe (dont S. Taussig a également procuré une édition, Brépols, 2006) et du Testament politique, et les moralistes, Barclay, avec ses anecdotes, ses lieux communs, ses vues politiques et morales profondes et ses hardiesses (voir son dernier chapitre sur les «savants ès sciences divines et auteurs de religion»), est aussi inclassable que l’est une époque, la sienne, où tout est possible, où naît la science, où se sécularise la politique, où se met en place l’autorité de l’État... À l’image de leur savante et sensible introduction (peut-être pourrait-on souhaiter des intertitres pour en mieux souligner le cheminement) qui ouvre le volume et est à la fois présentation et proposition de lecture, l’index rerum notabilium, qui le termine, est proposition d’entrées ponctuelles classées «dans un ordre relatif».

Informateur de ses contemporains, Barclay devient ainsi pour nous un merveilleux introducteur à l’esprit de son siècle : pour se faire une idée de ces temps de première modernité, il n’est aujourd’hui que de lire Le Tableau des esprits : divertissant, imprévu, cocasse, il en est le vivant reflet.


Françoise Hildesheimer
( Mis en ligne le 29/06/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd