L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Sur le vif…
Jean-Marc de La Sablière   Dans les coulisses du monde - Du Rwanda à la guerre d'Irak, un grand négociateur révèle le dessous des cartes
Robert Laffont 2013 /  22 € - 144.1 ffr. / 381 pages
ISBN : 978-2-221-13114-5
FORMAT : 15,6 cm × 24,2 cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

On devrait forcer tous les hauts fonctionnaires à tenir un journal de leur vie professionnelle… Ce serait un matériau extraordinaire pour les historiens. Hélas, la mémoire, même professionnelle, est encore affaire intime : c’est ce qui fait tout l’intérêt de ces carnets rédigés par Jean-Marc de la Sablière. Diplomate roué, ce haut fonctionnaire de naissance a parcouru tous les paysages de l’action diplomatique française : il est passé par des postes divers, tant au Quai (la direction Afrique) qu’en ambassade (Egypte, Italie, etc.), dans des organisations internationales (ONU) comme au cœur des cabinets ministériels et présidentiels. Une expérience variée et rare, qui confère à son propos une légitimité particulière.

L’ouvrage démarre le 14 février 2003 à l’ONU, au temps de la seconde guerre en Irak et installe le lecteur au cœur de l’action, à proximité du ministre français, Villepin, pendant son célèbre discours. Jean-Marc de la Sablière est alors le représentant français à l’ONU et observe, à ce titre, l’intervention de la communauté internationale dans le conflit. Ambiance. Et pour le lecteur, un premier pas dans un ouvrage qui arpente, avec délectation, les coulisses des relations internationales.

Ce ne serait que le seul intérêt de cet ouvrage, ce serait déjà beaucoup : d’une plume peut-être pas forcément allègre, mais précise, l’auteur nous entraîne dans le Rwanda au temps du génocide ou dans les méandres et les complexités de la politique africaine de la France, vue depuis le Quai et la direction Afrique. Cette alternance de terrain et d’administration permet de saisir les enjeux d’une politique et surtout les équilibres de l’action extérieure. Bismarck évoquait le «morbus consularis», cette maladie des diplomates qui pensent leur poste au cœur de l’action de l’Etat qu’ils représentent : l’auteur, préservé de cette affection par de constants allers et retours entre des postes parisiens et extérieurs, sait nous faire partager une réelle hauteur de vue. Certes, il ne s’agit pas non plus d’être candide et l’on se doute que, par moments, le diplomate sait esquiver quelques marges plus obscures de la politique française.

Fils de diplomate et diplomate lui-même, l’auteur a pour ainsi dire baigné dans la diplomatie et cultive parfois au hasard des pages un côté «entre soi» qui peut agacer. S’il n’est pas forcément tendre avec la gauche, il porte sur l’action des cabinets de gauche un regard expert qui est celui du praticien confronté à la politique et à ses limites. Et forcément, ses pages les plus intéressantes sont celles où il exerce son art au cœur du pouvoir, tant au conseil de sécurité de l’ONU au temps de la guerre d’Irak que comme sherpa du président Chirac. Au confluent de l’action diplomatique et politique, l’auteur propose ainsi un aperçu du «domaine réservé» gaullien, pratiqué par un Chirac habile. Certes, l’homme est connu, on sait sa curiosité pour les arts premiers, son intérêt pour le monde arabe et son sens de la diplomatie, qui passe par des contacts personnels et amicaux, des fidélités entretenues (notamment au Liban, au temps de Rafic Hariri, problème sur lequel l’auteur se concentre). Il y aurait une belle étude à écrire sur Chirac en diplomate et cet ouvrage figurera honorablement dans la bibliographie, comme un bel hommage à un patron.

L’autre grand acteur de cet ouvrage, c’est bien évidemment l’ONU, que l’auteur a fréquentée, à divers postes au sein de la représentation française : au crible de quelques crises majeures – l’Irak se taille la part du lion, ainsi que la crise libanaise –, on découvre une machinerie complexe, où les relations individuelles tempèrent, quand elles sont bien huilées, les logiques politiques. C’est peut-être aussi l’un des acquis de cet ouvrage : restituer la part de l’individu au cœur des relations internationales, qui ne se limitent pas à une succession de rouages et d’idéologies affrontées. Le fameux «calcul» évoqué dans sa théorie des relations internationales par Jean-Baptiste Duroselle retrouve un droit de cité sous la plume, il est vrai intéressée, du diplomate.

Autre intérêt de ce journal ambitieux, le regard porté sur la politique extérieure française sur le moyen et le long terme : Jean-Marc de la Sablière ne se contente pas d’un récit à courte vue, qui se délecterait d’une anecdote ou d’un épisode. Le sherpa présidentiel s’interroge sur le présent, l’avenir et expose, non sans rigueur, les enjeux d’une politique extérieure qui voit plus loin que le lendemain. A sa lecture, on prend en compte les atouts et les faiblesses de la France, afin de comprendre dans quelle direction aller. A cet égard, le praticien ne s’éloigne jamais tellement du mémorialiste. Tant vis à vis des États-Unis et de la Chine, que de la Russie, de l’ONU ou de l’Europe, l’ambassadeur propose des objectifs, des idées, un schéma et une place pour la France.

Bref, ces Coulisses du monde sont passionnantes pour qui s’intéresse aux relations internationales comme à la diplomatie en général. Écrites par un praticien et citoyen, elles proposent au lecteur, au hasard d’un récit dense et bien mené, des réflexions plus politiques qui permettent de saisir l’actualité. Le regard, affûté, d’un grand serviteur de l’Etat, qui se fait sherpa de son lecteur…


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 09/04/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd