L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 19 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Le vainqueur de Salamine
Jean Haillet    Collectif   La Véritable histoire de Thémistocle
Les Belles Lettres - La véritable histoire 2012 /  15 € - 98.25 ffr. / 192 pages
ISBN : 978-2-251-04014-1
FORMAT : 11,0 cm × 18,0 cm

L'auteur du compte rendu : Sébastien Dalmon, diplômé de l’I.E.P. de Toulouse, titulaire d’une maîtrise en histoire ancienne et d’un DEA de Sciences des Religions (EPHE), est actuellement conservateur à la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne à Paris, où il est responsable du CADIST Antiquité. Il est engagé dans un travail de thèse en histoire sur les cultes et représentations des Nymphes en Grèce ancienne.
Imprimer

Jean Haillet a réuni dans la collection \'\'La véritable histoire\'\' des Belles Lettres différents extraits de textes antiques (d’Hérodote, Plutarque, Diodore de Sicile…) sur le célèbre vainqueur de la bataille navale de Salamine, Thémistocle.

Né en 525 av. J.-C. à Athènes, son père était citoyen, mais sa mère était une étrangère, Carienne ou Thrace, ce qui fait de lui un Athénien de sang-mêlé. Il aurait connu une jeunesse débauchée, mais était doué d’éloquence, sa capacité à convaincre ses interlocuteurs se manifestant dès l’enfance. Il était âgé d’une trentaine d’années lors de la victoire contre les Perses à Marathon, en 490 av. J.-C., et déjà quelque peu jaloux de la gloire de Miltiade. Il s’opposa à Aristide, représentant du parti aristocratique, qui appartenait à l’une des familles les plus riches d’Athènes. Au cours des décennies 470 et 460, il eut face à lui un autre adversaire de poids, Cimon, fils de Miltiade.

Quand la découverte des mines du Laurion apporte un surplus considérable de revenus à la cité attique, Thémistocle propose d’investir cet argent dans la constitution d’une flotte, en prenant comme argument la guerre contre Egine. Mais il pense en réalité surtout au danger perse, sachant que Xerxès se préparait à envahir la Grèce. Quand la menace est confirmée, une trentaine de cités (dont Corinthe, Sparte et Athènes) décident de se battre et tiennent congrès à Corinthe à l’été 481. Après les batailles de l’Artémision et des Thermopyles en août 480, les Péloponnésiens veulent se replier sur l’isthme de Corinthe pour défendre leur seule presqu’île. Mais Thémistocle réussit à persuader ses collègues de renoncer à ce projet, car il veut avoir le temps de procéder à l’évacuation d’Athènes. Il doit aussi se battre sur le front interne, car la majorité de ses concitoyens ne veut pas abandonner la cité. Il utilise alors le levier religieux de la Pythie de Delphes, qui s’était pourtant prononcée une première fois de manière défavorable pour les Athéniens, avec sa fameuse interprétation de l’oracle du rempart de bois comme faisant en réalité référence aux bateaux devant assurer la défense des Grecs dans les eaux de Salamine. La plus grande partie de la population se réfugie finalement à Trézène, Epidaure et l’île de Salamine elle-même. Dans la baie où se déroule la bataille navale, les Grecs sont inférieurs en nombre (322 navires, contre 950 pour les Perses), mais réussissent à l’emporter, poursuivant même ce qui reste de la flotte de Xerxès jusqu’à Andros. Sur terre, après leur défaite à Platées (septembre 479), les Perses rentrent en Asie.

Thémistocle veut faire de sa patrie la cité la plus puissante du monde grec. Il la fait fortifier et s’oppose alors à Sparte. Il crée également le Pirée, dont les trois ports bien abrités supplantent le Phalère, et poursuit son ambitieuse politique navale. Il s’attire cependant de plus en plus d’ennemis et lasse les Athéniens par le rappel de ses exploits. Son influence décroît au profit de celle de Cimon, malgré le prix remporté en 472 par la tragédie Les Perses d’Eschyle, hymne à la gloire des combattants de Salamine et donc de l’auteur de cette victoire. Ostracisé, il s’exile à Argos. Il se rend aussi en Elide, à Corcyre, chez les Molosses et en Macédoine. Poursuivi par ses ennemis athéniens et lacédémoniens, il finit par gagner l’Asie et à se placer sous la protection du Grand Roi. Il rencontre Xerxès ou son fils Artaxerxès, mais se heurte à l’hostilité de certains Perses qui continuent à ne voir en lui que le vainqueur de Salamine. Jugé lors d’un procès officiel, il est finalement acquitté et devient même un personnage influent à qui le Grand Roi fait don des villes de Magnésie du Méandre, Myonte et Lampsaque. Mais, selon plusieurs témoignages, il préfère mourir en s’empoisonnant plutôt que d’aider le Grand Roi à monter une nouvelle expédition contre la Grèce. Ses fils eurent à cœur de laisser à la postérité des monuments à la gloire de leur père, notamment à Magnésie. Selon Thucydide, ils parvinrent même à lui donner une sépulture en Attique, à l’insu des Athéniens. Ses descendants occupèrent en tout cas à Athènes une certaine place, et Pausanias a vu au IIe siècle ap. J.-C. le tombeau de l’un d’entre eux sur la Voie sacrée entre Athènes et Eleusis. La gloire posthume de Thémistocle est d’une longévité exceptionnelle. Nombre d’auteurs grecs et latins lui rendent hommage plusieurs siècles après sa mort, et rendent compte également de ses bons mots et de sa vivacité d’esprit.

L’ouvrage, conformément à l’esprit de la collection, reste au plus près des textes, tout en les organisant de manière ordonnée. Il se termine par une chronologie, des notices sur les auteurs anciens cités, une bibliographie de quatre pages et des cartes de la Grèce et de Salamine, permettant de mieux situer le contexte et le déroulement de la célèbre bataille navale, qui reste pour toujours associée à la figure de Thémistocle.


Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 28/05/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd