L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Fictionner le réel
Bruno Apitz   L'Enfant de la valise - Comment un petit garçon a survécu à l'enfer de Buchenwald
Denoël 2014 /  23.5 € - 153.93 ffr. / 471 pages
ISBN : 978-2-207-11639-5
FORMAT : 15,5 cm × 22,5 cm

Pierre Malherbet (Traducteur)
Imprimer

Grand classique de la littérature antifasciste des années cinquante en Allemagne de l’Est, cette belle histoire dans l’Histoire, parue en 1958 sous le titre Nackt unter Wölfen, nous parvient aujourd’hui, rééditée et enrichie de passages inédits issus du manuscrit original. Nu parmi les loups a été publié, entre autres en français en 1961 (Les éditeurs français réunis. traduction de Yves-Pierre Loreilhe, préface de Georges Séguy) et adapté à l’écran par Frank Beyer (RDA, 124 min.) en 1963.

En deux mots, le contenu est le suivant : transféré en mars1945 à Buchenwald après l’évacuation d’Auschwitz (et non l’inverse comme on peut parfois le lire), et en partance pour Bergen-Belsen, un détenu juif polonais cache dans sa valise un petit garçon qui, avec le concours des communistes internés, au prix de multiples conflits et péripéties, comptera parmi les quelques miraculés retrouvés vivants à la libération du «KLB» le 11 avril. L’intérêt majeur de cette centration est de se placer précisément au moment où certains camps sont déjà liquidés et où à chaque heure interminable s’annonce la fin des suivants.

À la fois anecdote et symbole, mythe et réalité, présentée sous la forme attrayante d’un thriller à la fois émouvant et angoissant, cette fiction se fonde sur deux séries d’évènements réellement survenus : d’une part, le sauvetage d’un enfant — il s’agit de Stefan Jerzy Zweig— par son père Zacharias Zweig et les détenus communistes de Buchenwald ; d’autre part, la parfaite connaissance qu’a Bruno Apitz (Leipzig,1900 – Berlin,1979) de la vie à Buchenwald, pour y être resté captif durant huit ans en tant qu’opposant politique, une activité de résistance poursuivie tout au long de ses longues années de détention, et au-delà, sous d’autres formes.

Aussi est-ce avec une mémoire intacte, un sens aigu de l’observation et son implication encore vive que, plusieurs années après les avoir vécues et/ou imaginées, l’auteur reconstitue chaque séquence ou en crée de nouvelles, à travers ce document passionnant à suivre, porteur de multiples interrogations encore actuelles dans divers registres. L’écriture vive et directe, excellemment traduite par Pierre Malherbet en termes contemporains toujours bien ciblés, privilégie la mise en scène et en dialogues des représentations contrastées entre les divers protagonistes «comme si on y était» : combat un peu caricaturé des bons contre les méchants, où les valeurs de courage et de probité l’emportent sur la tyrannie et l’abjection, un cliché certes connu mais toujours savoureux, dont il serait bien dommage de se priver.

À ceci près que «les bons» seront à leur tour honnis pour les raisons politiques que l’on sait. Entre le début de la rédaction de L\'Enfant de la valise, autrement dit du rapport Khroutchev à la construction et la chute du mur de Berlin, il se sera passé en effet tellement d’évènements décisifs pour le devenir des équilibres mondiaux qu’on ne peut que se réjouir de la réédition de cet ouvrage et des stimulantes recherches qu’elle peut susciter aujourd’hui, en particulier pour les jeunes générations soucieuses de connaître le contexte historique de l’après-guerre et son devenir. Notons entre autres le travail très documenté de Bill Niven, The Buchenwald Child. Truth, Fiction and Propaganda, paru en 2007. Et plus près du dramatique vécu de cet enfant devenu citoyen israélien, il faut insister sur Tränen allein genügen nicht (\'\'Les larmes seules ne suffisent pas\'\', Wien, Eigenverlag 2005), dans lequel Zacharias Zweig et Stefan Jerzy Zweig confient les circonstances de ce sauvetage, en fait le troc d’une vie contre une autre, une douleur qu’aucun torrent de larmes ne réussira à effacer.

Lorsque fictionner le réel permet de rendre les faits accessibles et pensables par un large public, l’entreprise mérite qu’on en parle.


Monika Boekholt
( Mis en ligne le 22/04/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd