L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 19 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Testament littéraire
Stefan Zweig   Le Monde d'hier
Gallimard - Folio essais 2016 /  7.70 € - 50.44 ffr. / 592 pages
ISBN : 978-2-07-079219-1
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Dominique Tassel (Traducteur)
Imprimer

Stefan Zweig (1881-1942) fait partie de ces écrivains qui connurent la gloire de leur vivant puis une célébrité posthume assez saisissante. La Confusion des sentiments, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, Le Joueur d’échecs ainsi que des biographies sur Verhaeren, Romain Rolland, Marie-Antoinette, Balzac, sont des titres qui restent extrêmement appréciés de nos jours.

Avec Le Monde d’hier, écrit en 1941 alors qu’il vient d’arriver au Brésil après être resté en Angleterre pour fuir la guerre, Zweig décrit avec une effroyable nostalgie l’effondrement d’un monde pourtant prometteur. Jusqu’à 1914, l’écrivain se souvient de sa jeunesse éclatante, baignant à la fois dans une extrême liberté et une culture permanente. Doué mais solitaire, il décide après le lycée de voyager, de lire et de se former à la vie autrement que sur les bancs de la faculté. Déjà son esprit indépendant se révèle, son audace et son courage intellectuel le préparent à affronter un monde qui s’écroulera au final sur lui-même. Il rencontre ses maitres spirituels, Romain Rolland, Émile Verhaeven, s’intéresse à la peinture et dévore les œuvres de ses contemporains. La guerre le brutalise, il est exempté mais décide d’apporter son aide aux blessés. Puis peu à peu, la société se reconstruit jusqu’à ce que le fou hurlant Hitler vienne coincer à tout jamais le destin de l’écrivain autrichien et celui de l’Europe entière.

Durant 500 pages passionnantes parce qu\'enlevées par un style à la fois ample et pudique, Zweig, écrivain généreux, humaniste, homme de goût et de justice, revient sur ces années historiquement chargées. Il dresse le portrait d’une époque contrastée, partagée entre grandeur et décadence, et revient sur des personnalités qui l’ont fortement influencé. C’est beau, c’est fluide, c’est élégant, c’est intelligent, c\'est convaincant ; Zweig est cette sorte d\'ami autrichien qui vous conte dans une sorte de fresque à la fois brutale et simple une époque précise. L’écrivain embrasse ainsi 60 ans d’histoire européenne dans ce qui ressemble plus à des mémoires qu\'à une autobiographie, en mettant en valeur la société politique, économique et culturelle de son temps. 

Les grands bouleversements comme les anecdotes ironiques décrits ici témoignent indéniablement de son sens de l’observation et de ses capacités d\'analyse. C’est donc le mémorialiste ici qui parle, d’autant plus que sa modestie lui fait parler davantage des grands hommes qui l’ont marqué (Rolland, Freud, Gorki, Verhaeven), des capitales qu’il a fréquentées (Paris, Berlin Londres, Viennes), et des grands bouleversements sociaux qu’il a endurés (deux guerres mondiales) que de sa notoriété publique. Zweig vivait de son écriture en vendant énormément de livres. Il faisait partie des grands écrivains respectés et influents de l’entre-deux-guerres.

L’écrivain met de côté le créateur et le mondain afin de mieux saisir toute la destinée d’une époque marquée par deux guerres et une monté des périls unique dans l’histoire du monde. Fuyant la persécution des juifs, en exil au Brésil, il décidera, avec sa seconde femme, d’en finir. Esprit gai et positif, la médiocrité et la cruauté nazies lui firent perdre tout espoir au point qu\'il commit l’irrémédiable.

Ce livre-testament est un objet littéraire de toute beauté et un document historique de premier ordre. Pas l’ombre d’un mot suicidaire ne raisonne pourtant dans ces pages qui furent parmi les dernières que l’écrivain publia. Rappelons que son suicide survint le 22 février 1942 ; il avait 60 ans.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 11/07/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Monde d’hier
       de Stefan Zweig
  • Romain Rolland
       de Stefan Zweig
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd