L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 25 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Hadrien parle à l’empire
Yann Le Bohec    collectif   Les discours d'Hadrien à l'armée d'Afrique - Exercitatio
De Boccard 2003 /  25 € - 163.75 ffr. / 173 pages
FORMAT : 21x30 cm

L'auteur du compte rendu: doctorant en archéologie gallo-romaine à l'université de Paris I, Philippe Charnotet travaille sur la circulation monétaire dans la cité des Bituriges Cubi (Bourges) pour la période allant du IIe siècle avant au IVe siècle après Jésus Christ.

Yann Le Bohec est collaborateur à Parutions.com

Imprimer

Des voyages d’Hadrien nous revient d’abord le souvenir des lectures de ses mémoires romancés par Marguerite Yourcenar. Toutefois, ces périples aux confins de l’Empire ne sauraient s’expliquer par la seule recherche esthétique d’un «empereur-philosophe», pas plus d’ailleurs que par la thèse politique qui ferait de ces voyages un mode de gouvernement.

Sans pour autant les écarter, le présent ouvrage se propose, à partir des discours faits à l’armée d’Afrique en 128 après J.-C., de compléter ces explications par un argumentaire militaire. Le déplacement d’Hadrien dans le sud de la Numidie, et en particulier à Lambèse, où furent retrouvées des inscriptions de ses discours, pourrait se justifier par le souhait de celui-ci d’assister à l’exercice militaire et d’en faire le commentaire.
Cet angle d’approche, a priori restreint, ne limite cependant pas l’intérêt d’une telle étude au seul goût d’Hadrien pour la rhétorique, ou encore, à ses rapports avec l’institution militaire. Il permet surtout, en modifiant la focale, d’élargir l’analyse à la politique impériale dans son ensemble.
Pour ce faire, l’équipe internationale de spécialistes des questions militaires, réunie autour du professeur Le Bohec, a choisi la pluridisciplinarité (histoire, archéologie, épigraphie..), articulant leur recherche autour de trois axes principaux : Contexte, texte et autour du texte.

La première partie dresse ainsi un tableau de la situation de l’armée à l’époque d’Hadrien. De son contexte historique d’abord, avec, d’une façon générale, les rapports noués entre l’empereur et ses troupes : rappels de sa carrière et de son expérience militaire avant son accession, de sa politique militaire à travers l’Empire (Judée, Bretagne, Afrique…) ainsi que de l’intérêt qu’il porte à l’organisation de son armée (stratégie, tactique et, en ce qui nous concerne, exercitatio) ; puis, de façon plus précise, dans le cas des inscriptions de Lambèse, les jugements portés par Hadrien sur l’exercice de ses hommes (fantassins, cavaliers, vétérans, centurions…), auxquels font suite des études détaillées de cette armée d’Afrique (composition de la IIIe Légion Auguste, postes occupés…) et de son commandant (le légat impérial propréteur Q. Fabius Catullinus).
De son contexte archéologique ensuite, avec la description et les représentations du terrain d’exercice (et non du camp d’auxiliaires, comme il en fut longtemps question) ainsi que du monument sur lequel figuraient les inscriptions (base et colonne).

La deuxième partie est consacrée au texte lui-même. D’abord reproduites avec leurs références, les inscriptions ont été ensuite photographiées ou dessinées, avant qu’une lecture précise et commentée n’en soit donnée, et le discours finalement traduit ; quelques notes sur la forme des lettres venant compléter ce dossier épigraphique.

Enfin, en précisant dans la troisième partie la notion d’exercice militaire, les auteurs ne semblent pas tant chercher à étayer leur thèse (selon laquelle, rappelons-le, ce voyage n’aurait eu pour but que de mesurer le niveau de préparation des troupes), qu’à inscrire celle-ci dans un cadre plus large. A savoir, qu’en portant un intérêt certain à l’exercice militaire, Hadrien écartait les éventuelles critiques formulées à l’encontre de sa politique pacifique, faisant sienne l’idée que «si vis pacem, para bellum». L’étude stylistique montre clairement qu’au-delà même des soldats de Lambèse, c’est au monde romain tout entier que l’empereur s’adresse et réaffirme son rôle et son autorité.

Outre cette séduisante thèse qui fait toute l’originalité de l’étude, le mérite du présent ouvrage reste avant tout de mieux nous faire connaître l’histoire d’Hadrien, de l’armée romaine et de la province d’Afrique… ce qui est déjà beaucoup !


Philippe Charnotet
( Mis en ligne le 02/02/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd