L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 22 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Conversations à Delphes
 Plutarque   Sur les oracles de la Pythie - Edition bilingue français-grec ancien
Les Belles Lettres - Classiques en poche 2007 /  7 € - 45.85 ffr. / 92 pages
ISBN : 978-2-251-79989-6
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Traduction de Robert Flacelière.

Annotations de Sabina Crippa.

L'auteur du compte rendu : Sébastien Dalmon, diplômé de l’I.E.P. de Toulouse, est titulaire d’une maîtrise en histoire ancienne et d’un DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien élève de l’Institut Régional d’Administration de Bastia et ancien professeur d’histoire-géographie, il est actuellement élève conservateur à l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques. Il est engagé dans un travail de thèse en histoire sur les cultes et représentations des Nymphes en Grèce ancienne.

Imprimer

L’heureuse initiative des éditions des Belles Lettres de publier en format de poche, en bilingue, certains classiques de l’Antiquité, avait été mise en sommeil depuis 2003 (avec la publication des Suppliantes d’Eschyle). Certes, la collection s’était enrichie de titres de Shakespeare ou Gassendi, voire de la Bhagavad-Gîtâ, mais les textes des auteurs grecs ou latins n’y étaient malheureusement plus publiés.

Cela n’est plus le cas, et l’on ne peut que se féliciter de ce projet éditorial ambitieux qui permet aux étudiants hellénistes d’acquérir des ouvrages bien moins onéreux que ceux de la prestigieuse Collection des Universités de France. La renaissance s’opère ainsi avec l’un des dialogues de Plutarque, Sur les oracles de la Pythie. Il s’agit là cependant de la traduction de son titre latin (De Pythiae oraculis), qui indique mieux la véritable portée de l’ouvrage que le titre grec, plus restrictif : Pourquoi la Pythie ne rend plus ses oracles en vers. Le texte reprend la traduction de Robert Flacelière dans la Collection des Universités de France (Plutarque, Œuvres morales, t.VI, Dialogues pythiques, 1974), mais avec une introduction et des notes inédites de Sabina Crippa. La courte bibliographie de deux pages, située à la fin du livre, recense des travaux récents, même si elle reste centrée sur la divination delphique.

Bien qu’il soit originaire de Chéronée en Béotie, Plutarque a été prêtre à Delphes pendant une vingtaine d’années, au 1er siècle ap. J.-C. Fort de cette expérience, il définit ici en termes polémiques la relation unissant le dieu Apollon et la plus célèbre de ses prêtresses, lors de l’énonciation prophétique. A une époque où le sanctuaire panhellénique pouvait sembler sur le déclin, Plutarque prend la défense des oracles delphiques et de la divination. Ses réflexions portent tantôt sur les modalités de communication avec le divin, tantôt sur la typologie des réponses, ou encore sur le caractère ambigu des paroles du dieu et de ses porte-parole. Source fondamentale pour l’étude de la divination antique, cet écrit constitue un véritable «testament delphique» de cet écrivain initié à la rhétorique, qui avait étudié les mathématiques, la physique, les sciences naturelles, l’histoire et la philosophie platonicienne. Son attachement à la pensée de Platon explique peut-être le choix par Plutarque de la structure formelle ouverte du dialogue. Sa recherche implique en effet la confrontation nécessaire, voire parfois la dispute entre les différents courants philosophiques de l’époque. En dehors de Basiloclès, qui n’apparaît que dans le dialogue introductif, et des deux guides, qui ne sont que des comparses, les interlocuteurs du dialogue sont au nombre de cinq : Philinos, qui joue le rôle de narrateur, pythagoricien et végétarien, est peut-être un personnage important de Thespies, qui avait accompagné Plutarque dans ses voyages à Rome comme en Egypte ; Diogénianos de Pergame est le jeune protagoniste du dialogue, et c’est en son honneur que s’effectue la visite du sanctuaire d’Apollon ; Théon joue le rôle du maître (comme Socrate dans les dialogues de Platon) et peut être identifié à un ami de Plutarque (voire à Plutarque lui-même, dont il serait ainsi le porte-parole) ; Sarapion est un poète stoïcien athénien ; enfin, Boéthos, géomètre épicurien, joue le rôle de l’incrédule sceptique, détracteur de la mantique.

Plutarque esquisse ainsi une sorte de théâtre philosophique, dans lequel les personnages alternent et débattent autour de l’autel du dieu. Les promeneurs vont à la découverte d’eux-mêmes et de leur sujet au gré des circonstances et des paysages, les monuments suscitant eux-mêmes la discussion. Celle-ci finit par porter sur la décadence des oracles, voire leur silence, et particulièrement sur la qualité des oracles delphiques. Diogénianos manifeste sa stupeur devant la pauvreté et la médiocrité des réponses oraculaires versifiées d’Apollon, dieu des Muses, truffées d’erreurs de métrique et de langue. Cette remarque relative à la piètre qualité des oracles de la Pythie permet à Plutarque d’aborder le problème plus général de la mantique inspirée et d’affirmer l’authenticité et le caractère sacré de l’inspiration prophétique. La médiocrité des vers oraculaires serait en fait la trace de l’authenticité d’une poésie orale produite dans un contexte mantique, à savoir d’une poésie populaire improvisée. Quoi qu’il en soit, les oracles contemporains de Plutarque sont rendus en prose, sans que leur valeur en soit en rien diminuée. Car l’oracle n’est pas une épiphanie, il n’est qu’un reflet, imparfait, et le dieu n’est donc pas responsable de sa formulation, qui varie suivant les époques et la personnalité des différentes Pythies.

Les formes de communication oraculaire entre le divin et l’humain sont diverses. Ainsi, à Delphes, deux paroles s’opposent : d’une part les réponses oraculaires de la Pythie, dépendante de l’institution, liée aux intérêts politiques contemporains et soumise au contrôle des prêtres gérant le calendrier des consultations et le rituel ; d’autre part la parole prophétique de la Sibylle, qui se situe à l’extérieur, sur un rocher ou dans une caverne. Dotée du pouvoir de «seconde vue», la Sibylle prophétise sans instruments ni ornements : ses prophéties ne sont pas des réponses, mais des visions. Mais la Sibylle et la Pythie, comme les prêtresses de Dodone, sont les représentantes de la mantique inspirée, qui suppose que le médiateur humain (prophète ou prophétesse) soit dans un état d’enthousiasmos, c’est-à-dire «possédé» ou du moins inspiré par la divinité. Cette mantique inspirée, intuitive ou naturelle s’oppose, dans la tradition antique, à la divination inductive ou artificielle (s’appuyant sur l’étude des phénomènes, l’observation des signes qui s’expriment à travers une série de techniques, comme par exemple la lecture des viscères).

Plutarque, lui, n’a aucun doute sur l’inspiration divine, surtout en ce qui concerne la divination enthousiaste, bien supérieure aux divinations inductives. A la charnière de deux époques, entre polythéisme et monothéisme, le texte Sur les oracles de la Pythie est bien plus qu’un instrument précieux pour comprendre le mécanisme de la mantique inspirée en Grèce ancienne. Le lecteur d’aujourd’hui ne peut qu’être frappé par la force d’une série de questionnements qui demeurent fondamentaux : le rapport avec le divin, le thème de la possession, ou le rôle du médiateur humain dans la transmission du message divin.


Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 27/06/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd