L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 17 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Géopolitique  
 

Les cartes de la faim et de l'appétit...
Jean-Paul Charvet   Atlas de l'agriculture - Comment pourra-t-on nourrir le monde en 2050 ?
Autrement - Atlas/Monde 2010 /  17 € - 111.35 ffr. / 80 pages
ISBN : 978-2-7467-1442-7
FORMAT : 17cm x 24,4cm
Imprimer

Plutôt que d\'exposer des faits, les atlas de l\'excellente petite collection \'\'Atlas/Monde\'\' des éditions Autrement préfèrent - à l\'aide de cartes, de graphiques et de schémas, mais aussi de petits textes et d\'un glossaire explicatifs - les cerner, les travailler au corps, les retourner dans tous les sens, en somme : les harceler de questions. Aussi, l\'Atlas de l\'agriculture du géographe Jean-Paul Charvet et de la cartographe Claire Lavasseur a-t-il pour sous-titre une question qui implique d\'en poser beaucoup d\'autres : Comment pourra-t-on nourrir le monde en 2050 ?, et qui enjoint de s\'intéresser à des thématiques plus spécifiques et à des sciences humaines connexes à la géographie : l\'agronomie, pour sûr, mais aussi l\'économie et l\'écologie. Au passage, on pourrait déduire de la lecture parfois presque affolante de l\'ouvrage que, décidément (et très vite), il faut que la première et la deuxième se fondent dans la troisième !

Car, malgré la prudence de l\'auteur, son ton et sa posture plutôt optimistes, ainsi que son refus manifeste d\'entrer en dialogue avec, par exemple, les courants décroissantistes, les éco-agrariens nord-américains, les écoles économiques alternatives (telle celle, par exemple, de François de Ravignan) ou les techniques agronomiques originales (par exemple, la permaculture et le \'\'forest gardening\'\'), les données et les prévisions qui sont mentionnées et décryptées sont inquiétantes, et l\'on sort de la lecture de l\'ouvrage avec une envie pressante d\'aller se plonger dans les textes de l\'écologie radicale - moins, d\'ailleurs, à la vue des données démographiques (pp.24-25) ou concernant l\'instabilité des cours agricoles (pp.38-39) qu\'à celle des cartes montrant l\'abîme entre la malnutrition et la surnutrition (pp.12-13), l\'accroissement de la consommation et de la production de viande (pp.16-17, 32-33), les effets de l\'urbanisation (pp.22-23), ou encore la rareté plus qu\'angoissante des terres cultivables (pp.26-27)... Tout aussi inquiétants : les graphiques soulignant l\'immense pouvoir économique de quelques compagnies agro-industrielles et semencières...

L\'ouvrage s\'adresse aussi bien à un lectorat de curieux qu\'aux enseignants qui cherchent une véritable petite encyclopédie sur la question agricole et alimentaire (laquelle ne pourra cependant pas être directement utilisée en classe, eu égard à la taille des cartes et à la complexité de certains graphiques). La thématique est indiscutablement bien travaillée, du point de vue quantitatif comme du point de vue qualitatif (de nombreuses cartes, tableaux et graphiques expliquent les différents types d\'agriculture : productivistes, raisonnés, biologiques, montrent les évolutions de consommation, etc.) ; les termes sont définis au moment de leur utilisation ou dans le glossaire ; les exemples, plus spécifiques, mais éclairants, foisonnent (on notera, entre autres, les cartes détaillant les changements dans les paysages ruraux en France, ou présentant l\'impact des agrocarburants) ; enfin, les cas politiquement et économiquement significatifs sont bien traités (par exemple, l\'avènement du Brésil comme l\'une des nations agricoles dominantes, ou le jeu stratégique de certaines nations vis-à-vis du «potentiel» africain).

On regrettera cependant qu\'un ouvrage qui s\'ouvre sur une question de prospective ne s\'en tienne qu\'à une «simple » description et que des hypothèses – précisément – prospectives ne soient pas traitées, par exemple, l\'effet de la fin des ressources en pétrole et des changements concomitants dans les échanges (donc une nécessaire relocalisation de l\'agriculture et de la distribution), ou que des thématiques pourtant essentielles ne soient pas distinctement abordées : la relation entre territoires agricoles et territoires forestiers et le problème des ressources en eau sont certes évoqués, mais pas cartographiés ; de même, le ratio de main d\'œuvre et sa relation avec l\'économie ne sont pas distinctement abordés, alors même qu\'ils constituent l\'un des problèmes primordiaux des pays pauvres ; une comparaison internationale des revenus des agriculteurs, un graphique expliquant le rôle de la grande distribution sur les prix ainsi qu\'un relevé comparatif de l\'usage des potagers dans les sociétés industrielles auraient aussi été souhaitables.

Il n\'en demeure pas moins que l\'ouvrage est l\'un de ces petits outils de réflexions, de critiques et de nuances qu\'il faut absolument avoir sous les yeux pour – à la manière du personnage de Gunther Grass – battre le tambour devant les innombrables trilles de campagnes électorales...


Frédéric Dufoing
( Mis en ligne le 19/07/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd