L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 22 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Géopolitique  
 

Contre-plongée
Alain Chouet   Jean Guisnel   Au cœur des services spéciaux - La menace islamiste : fausses pistes et vrais dangers
La Découverte - Poche 2013 /  12 € - 78.6 ffr. / 349 pages
ISBN : 978-2-7071-7537-3
FORMAT : 12,5 cm × 19,1 cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

Le titre et le sous-titre «La menace islamiste, fausses pistes et vrais dangers» posent nombre de questions et autant de problèmes. Islam et islamisme, monde arabe et jihadisme… les sociétés occidentales ont accumulé en ce domaine une masse de stéréotypes, de visions simplistes et de réflexes irraisonnés, amplifiés par les populismes des uns et les complexes identitaires des autres. Si l’on ajoute à cela la question des services secrets, du renseignement, et, plus largement, de l’espionnage, on bascule assez facilement, dans l’esprit du grand public, du côté d’Hollywood, de James Bond, de SAS et d’autres icônes médiatiques. Le monde musulman – qui ne se réduit, du reste, pas au monde arabe – constitue pourtant une réalité complexe, et qui ne se résume pas à quelques images popularisées par les médias, et où les idéologies politiques – comme l’islamisme – se déclinent en de multiples pratiques. Il en va de même pour cet infra-monde que constitue la communauté du renseignement, et dont les missions – au service de l’État – supposent déjà de maîtriser l’information, la connaissance.

Auteur, entre autres ouvrages passionnants, d’une somme récente consacrée à l’histoire politique des services de renseignement, le journaliste Jean Guisnel est un bon connaisseur de ce monde largement fantasmé : aussi ce long entretien avec un maître espion, Alain Chouet, et portant sur l’islamisme, mérite-t-il largement le détour. Ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, Alain Chouet déroule avec simplicité dans les premières pages de cet ouvrage un cursus remarquable, non seulement universitaire (des études de langue et de civilisation arabe aux Langues O), mais également, et même surtout, en terme d’expériences. Parti très tôt découvrir le proche orient, entré en 1972 au SDECE (ancêtre de la DGSE), l’homme est un habitué du monde des services comme des affaires arabes… une familiarité qui se déguste à chaque page. Car Alain Chouet fait la démonstration d’un sens aigu de l’analyse, de la synthèse et de la pédagogie : après avoir exposé, en quelques pages, une histoire de l’Islam ainsi qu’un tableau du monde musulman, de ses rapports de pouvoir et des idéologies qui le structurent, il entraîne son interlocuteur, et le lecteur avec, dans un récit à la fois dense et enlevé de la violence islamiste, de ses divers ressorts (financiers, politiques) et de ses inspirations.

Bien logiquement, Al Qaida est au cœur des interrogations, mais Alain Chouet sait se replacer dans une histoire bien plus ample et ancienne : celle de l’islamisme, un courant politique apparu dès le début du XXe siècle, avec les frères musulmans. Un courant qui est né des crises de la fin de la Grande Guerre, de la disparition du califat ottoman, des promesses anglaises distribuées avec largesse et d’une recomposition chaotique du Proche Orient. Un courant qui a bénéficié au passage d’une ressource indirecte et inattendue, la rente pétrolière. En effet, l’islamisme a servi de doctrine de légitimation, voire d’instrument politique pour une dynastie saoudienne en quête de légitimité religieuse. Le rôle des États-Unis, liés par nécessité aux Séoud et prêts à tout pour préserver les accords pétroliers négociés dans les années 30, est également envisagé, jusque dans ses conséquences afghanes. Reste l’objet 11 septembre, ses prodromes, de la naissance d\'Al Qaida à l’affirmation de Ben Laden – plutôt comme une incarnation médiatique du terrorisme que comme un véritable stratège – jusqu’aux premiers attentats, et à la préparation de l’attentat américain. Le lecteur français sera notamment intéressé par les informations communiquées par la France aux USA, et à leur destin contrarié (l’affaire Zacharias Moussaoui). Le destin de la centrale terroriste et de ses franchises – au Pakistan, au Maghreb, etc. – est également analysé, avec, en arrière plan, une vision déconstruite de la terreur et de ses mécanismes.

Mais Alain Chouet ne se limite pas à cette seule histoire et dresse un tableau riche de la géopolitique en terre d’Islam. On saisit la complexité de la politique pakistanaise et ses dérivés afghans, les logiques animant l’Iran des mollahs ou la Libye du colonel Kadhafi, les liaisons dangereuses entre les services de sécurité algériens et les groupes islamistes, les équilibres difficiles du Maroc. Un panorama large du rapport entre religion et pouvoir avec, comme élément de contexte, une violence politique qui affleure. En particulier sur la question de l’arme nucléaire, de ses développements réels ou supposés en Libye comme en Irak ou en Iran, et de ses divers usages – plus diplomatiques que militaires, l’auteur livre un commentaire d’autant plus éclairant qu’il dresse, au passage, un tableau des relations régionales, hors du seul prisme occidental. On en revient à de vieux conflits – chiites contre sunnites, persans contre arabes – dans lesquels l’ingérence occidentale n’est pas sans risque. A cet égard, les tableaux de l’Irak ou de l’Afghanistan sont éclairants, et marquent une fois de plus les limites du «grand jeu» à la mode américaine.

Il en va de même pour les printemps arabes, qui ponctuent l’ouvrage, et permettent également une lecture en rupture, non tant sur les actualité (l’ouvrage date de 2011, même s’il a été réactualisé avec un post-scriptum pour l’édition de poche, qui s’interroge sur le devenir des printemps arabes, comme sur les résultats immédiats de l’opération malienne) que sur la prétendue imprévisibilité de ces révolutions en cascade : Alain Chouet montre au contraire combien les crises étaient prévisibles. Si «sa sacrée majesté le Hasard», comme disait Frédéric II, décide toujours de l’heure, le décor lui, était en place et les États occidentaux savaient… mais voulaient-ils ?...

Le ton de l’ouvrage rappelle les \'\'Conversations avec Mr X\'\', l’émission très inspirée de Patrick Pesnot sur France Inter : un dialogue sous forme de courtes questions et de longs paragraphes de réponses, un style sobre, avec quelques pointes d’humour, quelques discrets règlements de compte, mais aussi une masse importante de données, très bien présentées et organisées, un modèle de démonstration et de narration pour expliquer, sans simplisme, les complexités du monde. Avec une vraie liberté de ton, et sans trop de circonlocutions, l’auteur passe en revue les responsabilités diverses, analyse la trajectoire et les manœuvres des frères musulmans, les sinuosités de la diplomatie saoudienne (et américaine), les calculs des divers acteurs, les hésitations, les fautes des uns et des autres, les impuissances, mais également les réussites incontestables. Notamment, il met en lumière les stratégies des terroristes, pour égarer les services de sécurité, et les efforts de ces mêmes services pour contrecarrer les projets terroristes. Une guerre intime, secrète, mais réelle, qui passe aussi par des législations parfois laxistes et des politiques de tolérance mal taillées.

Reste un bémol. Des services de renseignement et de leurs activités, on ne saura finalement rien : à cet égard, le sous-titre s’avère bien plus légitime que le titre, qui n’est là que pour confirmer la légitimité de l’auteur. Tel quel, l’ouvrage s’apparente plus à un gros dossier d’analyse sur l’islamisme et ses contours, qu’à des confidences sur l’action des services de renseignement. En dépit de ce détail, l’ouvrage est passionnant, parfaitement maîtrisé et constitue de ce fait une référence, pour tous ceux qui s’intéressent au terrorisme et à la question de l’islamisme. Une lecture incontournable pour qui s’intéresse à l’actualité et à ses profondeurs historiques.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 14/05/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Histoire politique des services secrets français
       de Roger Faligot , Jean Guisnel , Rémi Kauffer
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd