L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 23 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Géopolitique  
 

Dans les poubelles de l’Agence
Gordon Thomas   Yvonnick Denoël   Le Livre noir de la CIA
J'ai lu - Document 2009 /  7.60 € - 49.78 ffr. / 444 pages
ISBN : 978-2-290-01715-9
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication française en octobre 2007 (Nouveau Monde).

Traduction de Laure Motet et Judith Strauser.

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.

Imprimer

Les amateurs de thrillers d’actualité, de récits d’espionnage bien informés et de complots gouvernementaux troublants de réalisme connaissent forcément Gordon Thomas : entre ses études sur le Mossad et son brûlot sur les pratiques peu avouables de la CIA, le «journaliste / spécialiste du renseignement» Gordon Thomas a su en quelques ouvrages se construire une réputation de connaisseur, bien informé, un peu romancier (il sait mettre en scène ses «personnages»), peut-être un peu affabulateur aussi, mais en tous les cas efficace et d’une lecture agréable. Alors lorsque l’auteur présente un ouvrage intitulé Le Livre noir de la CIA, on frétille forcément, et on reste en même temps un peu circonspect, l’un des défauts de cet auteur étant de ne guère éclairer l’origine de ses sources…

Ceci dit, l’ouvrage tranche cette fois avec la production habituelle, et à plusieurs titres ; tout d’abord parce qu’il est le fruit d’une collaboration avec un éditeur, Yvonnick Denoël, auteur d’un ouvrage sur les Petites annonces de Libé… Ensuite parce qu’il se présente sous la forme d’une publication de documents exhumés des archives de l’agence (les «bijoux de famille» révélés depuis le 11 septembre, déclassifiés et répertoriés par le National security archive project, les rapports divers et autres témoignages d’ex-agents), coiffés d’un commentaire de G. Thomas (on croise d’ailleurs dans les dits-documents un extrait du dernier ouvrage de Gordon Thomas… on n’est jamais si bien servi que par soi-même). En soi, voilà une présentation plutôt efficace, dans laquelle les pages de présentation reviennent, sans effets mélodramatiques, sur une crise, une affaire, un soupçon, pour en révéler les tenants et les aboutissants. Certes, la démarche n’est pas celle du commentaire de document historique : le document est présenté de manière simple sans cote, ni analyse critique… Au lecteur de juger (et de douter). Le tout avec un bref historique de la CIA en introduction… une synthèse appréciable.

L’ouvrage progresse chronologiquement : président après président, on découvre les turpitudes de l’agence, qui n’hésite jamais à présenter la réalité avec des couleurs chatoyantes, et au besoin, travestir un peu les résultats, ou encore laisser espérer un miracle. De Truman à Bush, les hôtes de la Maison Blanche n’hésitent guère à utiliser les services de la CIA, tant pour des opérations extérieures illégales (déstabilisation de régime, assassinat d’adversaires, récupération d’alliés peu recommandables…) que pour l’espionnage intérieur. La plupart des révélations sont déjà connues et parsèment la littérature, vaste, sur le sujet : du rôle de l’Amérique dans la lutte contre les partis communistes et les syndicats, dans l’immédiat après guerre, à l’usage de la torture dans la «guerre contre le terrorisme», du retraitement des criminels nazis à l’assassinat de Salvador Allende, du commerce de la drogue à des fins politiques, aux alliances avec la mafia contre Castro, du Guatemala à l’Iran... la galerie est connue et le «CIA bashing», un sport plutôt pratiqué vigoureusement depuis quelques temps, mais Gordon Thomas en propose une visite guidée avec l’autorité du spécialiste, depuis longtemps impliqué dans ces questions. La lecture est donc agréable, comme une promenade dans les coulisses de l’actualité depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

On s’indigne périodiquement (l’effort de «contextualisation» - qui explique sans forcément justifier - manque un peu), on s’étonne souvent ou bien on demeure conforté dans certaines convictions (les risques de l’arme islamiste et de Ben Laden par exemple). En tous les cas, une lecture instructive, un procès à charge mené sans concession, qui attend, comme pendant, un bilan plus global du travail de l’Agence.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 15/09/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Armes secrètes de la CIA
       de Gordon Thomas
  • Histoire secrète du Mossad
       de Gordon Thomas
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd