L'actualité du livre et du DVDrencontre rencontrefemme Lundi 20 octobre 2014
    
 
     
Le DVD
Films
Comédie
Comédie dramatique
Action / Aventure
Guerre
Drame
Films historiques
Policiers / Thrillers
Fantastique / Science-Fiction
Horreur / Epouvante
Grands classiques

Animation / manga
Blu-ray Disc
Séries Télé
Documentaires
Musique & Spectacles
Jeunesse
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un réalisateur/acteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Films  ->  Films historiques  
Horriblement humaine, sublimement monstrueuse
de Stephen Daldry
avec Kate Winslet, Ralph Fiennes, David Kross, Bruno Ganz
M6 Video 2009 /  19,99  € - 130.93 ffr.
Durée film 119 mn.
Classification : Tous publics

Sortie Cinéma, Pays : États-Unis, 2008
Sortie DVD : 18 Novembre 2009

Version : 1 DVD-9, Zone 2
Format vidéo : PAL, Format 1.85
Format image : Couleurs, 16/9 compatible 4/3
Format audio : Anglais, Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Anglais


Bonus :
- Making of (23 min.)

Imprimer


Dans le Berlin en reconstruction des années 50, un adolescent grandit. Michael Berg (David Kross, surprenant) est un jeune homme gauche, fou de livres et mal à l'aise dans sa famille ; un adolescent. Un jour de pluie, fiévreux, très mal, il est hébergé par Hannah Schmitz (Kate Winslet), est touché par ce geste, retournera voir cette femme forte et mutique, aux yeux de lionne, et reviendra encore, pour l'aimer. Petite idylle grande comme un monde pour un garçon qui ne connaît pas encore la vie. Elle est son premier amour, cette contrôleuse de tramway, avec qui il découvre les plaisirs du corps et à qui il donne en retour un plaisir moins terrestre : elle aime qu'il lui lise des romans...

Le temps passe ; Hannah disparaît un jour, Michael vieillit, devient étudiant en droit et... assistant à un procès important, découvre que sur le banc des accusés, une ancienne garde SS lui est familière : Hannah Schmitz. Au fil des séances, il comprend pourquoi cette femme résiste à tout, un amour avec un jeune garçon, l'horreur des camps, les circonstances atténuantes contre son emploi criminel. Car plus forte que tout, s'agite en elle une honte terrible...

Une honte humaine, sublime en fait, tellement sublime qu'elle parvient à faire son trou dans l'horreur la plus abjecte. Car l'horreur, aussi, est humaine. Hannah, en acceptant ce poste de gardienne de camp, fuit à nouveau sa honte et devient ni plus ni moins qu'une employée modèle, attachée à bien faire son travail, tout comme, 15 ans plus tard, elle sera cette employée des transports publics, consciencieuse, appliquée, rigide, efficace. Plus tard, frottant son jeune amant dans sa baignoire, elle répètera ces gestes mécaniques qui ont dû être les siens à l'ombre des barbelés...

Michael finit par comprendre le secret de son ancien amour mais il ne la sauvera pas pour autant. La rédemption viendra plus tard, quand l'ancien lecteur, avocat divorcé, père fatigué (Ralph Fiennes), fera à Hannah Schmitz la recluse le plus beau des cadeaux...

De cet étrange itinéraire, coup de chiffon sur la craie de nos frontières mentales, le Bien se nourrit du Mal et le Mal s'abreuve en retour des lueurs du Bien. Hannah Schmitz pose par son parcours des dizaines de questions que le film a la pudeur et l'intelligence de ne pas résoudre. C'est un monstre, c'est un fait. Mais ce bourreau est aussi victime, ce monstre est d'une attristante beauté. Et dans la nébuleuse des petits gestes que chacun commet dans une existence, ses fautes vaudraient presque celle d'autres, celle de Michael qui hésite à sauver sa dame...

Du contraste né de l'immensité des questions posées et de la rigueur du traitement, sont nés un roman sublime puis un film immense, émouvant, percutant. Un film sur l'horreur des camps, qui ne radote pas, répète peu, explore plus et respecte un postulat ontologique : sur l'indicible horreur de cette page de notre humanité. Une page parmi d'autres, on le sait.

Les acteurs tiennent le film d'un bout à l'autre, Kate Winslet et David Kross surtout, qui sans esbroufe disent tout en parlant peu, en bougeant peu, en n'exagérant rien. Tout, ici, exulte d'un regard, d'un clignement, d'une ride. Bravo.


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 20/11/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Eternal sunshine of the spotless mind
       de Michel Gondry
  • Iris - Edition Digipack
       de Richard Eyre
  • Bons Baisers de Bruges
       de Martin McDonagh
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2014
     
    rencontre site de rencontre annonce rencontre rencontre belgique rencontre femme rencontre homme livre dvd chat rencontre