L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 18 août 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Manuels & guides  
 

Un avant-goût de l’Eden
Yves Porter   Arthur Thévenart   Palais et jardins de Perse
Flammarion - Patrimoine & civilisation 2002 /  55 € - 360.25 ffr. / 239 pages
ISBN : 2080108387
Imprimer

C’est à un opus en trois actes que nous invitent Yves Porter, spécialiste de la civilisation iranienne et Arthur Thévenart, photographe réputé, pour nous faire découvrir les splendeurs des Palais et Jardins de Perse. Trois parties en effet qui s’enchaînent comme les étapes de construction d’un majestueux édifice : trouver l’eau qui fertilise, bâtir les murs et les coupoles qui abritent, revêtir de céramiques qui émerveillent. L’eau, la terre, le feu, sous la majestueuse voûte céleste du désert oriental : les quatre éléments réunis pour former des esquisses du Paradis originel que les religions du Livre ont traditionnellement situés dans ces régions matricielles.

L’eau est la condition de la fondation dans ses terres de Perse qui englobaient autrefois des terres beaucoup plus vastes que l’Iran actuel et s’étendaient jusqu’aux confins de l’Afghanistan. Mais l’eau, dans ces contrées, ne se donne jamais : elle s’arrache par l’esprit et par l’effort. Avec une étonnante ingéniosité, les Perses surent creuser la terre, bâtir des puits, canaliser et bâtir des réseaux d’une grande complexité. Avec cette eau, ils irriguèrent le sol, le cultivèrent et en tirèrent les substances nécessaires à la sédentarisation. On comprend dès lors l’importance prise par le précieux liquide et son omniprésence dans les palais et mosquées comme signe de la richesse, de la profusion et de la générosité. Jets d’eaux, bassins et canaux sont les points et axes autours desquels s’élèvent les constructions de Perse, et non pas de simples éléments de décorations adjoints.

Vient ensuite le temps de l’édification. Avec de la brique, également arrachée au sol dans une région pauvre en pierre de taille. Il en résulte des bâtiments sobres, fiers, aux couleurs ocre parfaitement accordées au bleu du ciel. Le bois étant une denrée rare, réquisitionnée pour les forges et les chantiers navals, la charpente n’existait quasiment pas en Perse. La solution imaginée fut le recours à la voûte et à l’arc de cercle dont les courbures confèrent une infinie douceur à l’austérité des murailles et des terrasses. Rivalisant de créativité, les architectes et les artistes surent les fractionner, les séparer, les redoubler, multipliant ainsi les angles et les éclairages. Ainsi, ces structures belles et variées rythment les palais qui mêlent subtilement espaces publics, semi-publics et privés, jusqu’au harem mythique.

Pour parfaire ces oeuvres, la céramique fut l’ornement le plus couramment utilisé. Parfaitement maîtrisée depuis des siècles par les Perses, la technique de la céramique permet de décorer l’intérieur et l’extérieur des constructions avec des motifs et représentations d’une richesse et d’une délicatesse incomparables : calligraphies, végétations, scènes de chasse, de fêtes, de batailles, … À ses céramiques, des miroirs furent souvent associés, démultipliant les effets de lumière et de profondeur. Ce foisonnement, qui toujours sait éviter l’écueil de la surcharge, contraste avec l’austérité des déserts proches et la pauvreté des faubourgs contemporains.

Élégance, sobriété, richesse : autant de caractéristiques des Palais et Jardins de Perse que les auteurs ont parfaitement su mettre en valeur avec un goût d’une grande sûreté et une érudition à toute épreuve. C’est une civilisation magnifique qui reprend vie dans cet album et qu’un nom, plus que tout autre, symbolise : Ispahan !


Guillaume Zeller
( Mis en ligne le 18/12/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd