L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 21 août 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Adaptation  
 

Panique dans l'Espace
Thierry Smolderen   Jean-Philippe Bramanti   McCay, tome 1 - La Balançoire hantée
Delcourt 2000 /  14.96 € - 97.99 ffr. / 48 pages
ISBN : 2-84055-318-X
FORMAT : 24 X 32
Imprimer

Smolderen et Bramanti nous offrent avec McCay une BD d'un genre nouveau : la BD biographique. Même s'ils avouent en effet que l'histoire racontée reste en partie fictive, les notices historiques à la fin de l'album montrent bien que, dans ses grandes lignes, il s'agit ici, sinon d'une histoire vraie, au moins d'un personnage vrai, d'un surdoué de la mémoire visuelle et de la technique graphique. Voici donc la jeunesse de Winsor McCay, auteur de Little Nemo. Le lecteur fait sa connaissance à proximité du Wonderland, un parc d'attractions où McCay croque les badauds et leur vend leur portrait pour 25 cents. Parallèlement à cette activité de bohème, il suit les cours du professeur Goodison, spécialisé dans la perspective.

C'est à la demande de celui-ci qu'il se rend avec son camarade Garland chez Charles Hinton pour s'initier à la quatrième dimension : leur mission est d'illustrer un ouvrage à paraître sur ce thème. Dès lors, McCay entre en plein délire en essayant de se représenter lui-même dans cette quatrième dimension : "comme si mes yeux traversaient ma tête, mon oeil droit devient mon oeil gauche". Voulant oublier ce malaise, sentant peut-être un appel fantastique, il décide de partir dès le lendemain pour Chicago où l'attend peut-être une place au Herald Tribune.

Le dessin est soigné, légèrement impressionniste : il donne à l'histoire le ton et l'ambiance qui lui conviennent, ceux de la Belle Epoque. L'enchaînement des images donne l'impression au lecteur de visionner un film de cinéma saccadé, comme ceux des frères Lumière, et ceci enrichit considérablement la valeur artistique d'un album au scénario léger, sans grand intérêt dramatique finalement. Ce qui fait l'originalité de La Balançoire hantée réside plutôt dans la réflexion, presque philosophique, ébauchée par les mots et soutenue par le graphisme, mais surtout continuée par le lecteur : les deux auteurs montrent bien comment les problèmes de l'espace et de sa représentation peuvent nous perturber, et McCay n'est pas le seul à en subir les conséquences… La Balançoire hantée, attraction qui donne son nom à l'ouvrage, fait perdre les sensations de ceux qui l'utilisent, et peut devenir mortelle comme le montre la fin de l'album.

Présente en filigrane tout au long des pages, mystérieuse ou inoffensive dès lors qu'on en connaît le secret, elle symbolise bien la panique qui saisit l'homme lorsqu'il n'arrive pas à maîtriser ou à se représenter l'espace dans lequel il est plongé. McCay en a été victime. Sa vie consistera en une alternative : fuir ou contrôler par le dessin l'espace et les perspectives. On attend que le deuxième album vienne confirmer l'histoire qui fit de McCay l'un des précurseurs des images de synthèse.


Thomas Bronnec
( Mis en ligne le 26/05/2000 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Un entretien avec Thierry Smolderen et Jean-Philippe Bramanti
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd