L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 15 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Une nouvelle République en images ?
Maurice Agulhon   Les Métamorphoses de Marianne - l’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours
Flammarion 2001 /  23,03 € - 150.85 ffr. / 320 pages
ISBN : 2082100111
Imprimer

Après Marianne au combat et Marianne au pouvoir, voici les Métamorphoses de Marianne : avec ce troisième volume, Maurice Agulhon poursuit et achève son exploration des avatars de l’allégorie de la République de 1792 à nos jours. Dans l’Iconologie de Cesare Ripa, la femme coiffée du bonnet phrygien symbolisait la Liberté. La Révolution choisit cette figure pour en faire la République : ce fut d’abord une République militante, au bonnet rouge, couleur du sang abondamment répandu pendant les premières années du régime. C’est à cette Marianne que M. Agulhon a consacré son premier volume. Avec la consécration de la IIIe République, la Marianne guerrière et revendicative, précédée d’une odeur de poudre, s’efface progressivement devant une Marianne majestueuse, agricole – elle est souvent assimilée à Cérès, déesse des moissons – trônant dans un décor pompier de comices départementaux et de colonies soumises. C’est la Marianne de nos mairies, héritière de l’iconographie rassurante lancée par la IIe République en 1848. Cette Marianne effrayait encore la droite, mais déjà rebutait l’extrême-gauche : telle fut la « Marianne au pouvoir », étudiée dans le deuxième ouvrage de Maurice Agulhon.

Ce troisième volume nous fait assister à l’aboutissement du processus séculaire. Marianne cesse peu à peu d’être la divinité républicaine, au sens militant du terme, pour incarner la France. La droite elle-même adopte le bonnet phrygien. La transformation ne suit pas un déroulement linéaire : en certaines époques, comme sous le régime de Vichy, Marianne redevient sulfureuse et son buste est chassé des mairies ; en certains milieux, l’allégorie au bonnet rouge reste accueillie avec réticence. Mais enfin, vers la fin du XXe siècle, la mue est à peu près achevée : Marianne y a perdu son caractère tutélaire et majestueux. La caricature en fait une femme de la classe moyenne, incarnation du bon peuple, en face d’hommes politiques – De Gaulle, Mitterrand – qui personnifient l’autorité.

Comme les précédents volumes, celui-ci frappe par l’ampleur de la documentation rassemblée, la richesse et la finesse de l’analyse, que sert un style sobre et un ton sans prétention. Sans jamais jargonner, sans conceptualiser hors de propos, comme le sujet pourrait y inciter, Maurice Agulhon cisèle une histoire psychologique des passions politiques françaises mariant subtilité des conclusions et netteté du discours : c’est du grand art. Les sources employées – affiches, caricatures, monnaies, timbres, monuments, bustes, etc. – sont abondamment reproduites. Rarement images et sources écrites auront été confrontées avec autant de pertinence.

L’auteur ne nous cache pas sa tristesse devant l’affadissement progressif de son héroïne allégorique, qui suit l’affaissement de la foi démocratique. Mais il ne nous dissimule pas non plus que cette attrition a pu être le prix à payer pour la réconciliation nationale. Le retour imprévu, depuis une vingtaine d’années, du culte des « grands hommes » masque difficilement le vide idéologique qui a succédé à l’ancienne religion républicaine. Au terme du voyage où nous a guidé Maurice Agulhon, le sort indécis de Marianne traduit les hésitations d’un régime politique et d’une société qui peinent à trouver les voies du renouveau.


Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 08/03/2002 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • De Gaulle, Histoire, symbole, mythe
       de Maurice Agulhon
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd