L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 20 août 2022
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Du danger de l'admiration...
Eric Neuhoff   Un Bien fou
Albin Michel 2001 /  14.96 € - 97.99 ffr. / 208 pages
Académie française 2001
ISBN : 2-226-12656-2
Imprimer

Eric Neuhoff a toujours vécu dans l'admiration d'autrui. Depuis son premier roman, Précaution d'usage, écrivains fétiches et films cultes comme Le Mépris apparaissent dans ses livres, habitant l'esprit et même la vie quotidienne de ses héros. Ce qui prenait parfois dans ses débuts la forme du mimétisme est devenu chez l'auteur, avec l'âge, une agréable compagnie. Et pourtant l'admiration n'est pas sans danger et peut même tourner au drame d'amour...

Au cours d'un séjour à Ponza, le narrateur et sa petite amie, Maud, rencontrent un écrivain américain septuagénaire, Sebastian Brickinger qui, sur le modèle de Salinger, vit caché et ne publie plus depuis des décennies. Un Bien fou est le récit sous forme épistolaire de cette relation à trois et de la blessure qu'inflige l'écrivain au Français qui l'admirait en secret en lui volant la femme de sa vie.

Comme toujours dans les romans de Neuhoff, une femme rayonne. Maud est une petite Française, une Parisienne sublime "insupportablement adorable" dont l'auteur, émerveillé, nous rend aimable les attitudes, le comportement et même les manies et caprices. L'écrivain ne joue pas au fin psychologue, "psychologie, mes fesses !" s'exclame d'ailleurs le narrateur. En fait, il fait partie de ces hommes, plutôt rares, qui avouent ne pas comprendre les femmes et savent si bien parler de leur mystère. "Maud une jambe sur le bras du fauteuil, avec un mocassin tenant comme par miracle au bout de ses orteils. Maud qui attache sa ceinture et se recoiffe en tournant le retroviseur du plafond...

Eric Neuhoff, dans son style, n'a rien perdu de sa fraîcheur, mais il est devenu plus grave et même mélancolique lorsqu'il évoque ici les moments de bonheur vécus par le couple dont on sait, d'emblée, qu'ils appartiennent au passé. Avec beaucoup de justesse et de sensibilité, l'auteur parle de la lente deliquescence d'une relation, de la rupture, de l'absence de la femme aimée qui a laissé tant de traces d'elle dans l'appartement, de la solitude d'un homme qui s'était déshabitué du célibat. "Le samedi matin, je lis les journaux sans pouvoir les commenter à voix haute. Maud me manque".

L'amertume est ici un maître mot. Mais elle laisse place à la haine pour l'écrivain dont le narrateur relit pourtant les livres. Il y a ce vous accusateur qui parcourt le roman et son ressentiment à l'égard de l'infidèle. Le petit Français parviendra à se venger, une vengeance très littéraire qui clôt ce beau roman d'amour dont la morale pourrait être : il faut se méfier de ses idoles et du charme discret mais dévastateur des écrivains...


Ariane Charton
( Mis en ligne le 01/10/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd