L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 7 juillet 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Théâtral
Daniel Mesguich   L'Effacée
Plon 2009 /  14,90 € - 97.6 ffr. / 108 pages
ISBN : 978-2-259-20329-6
FORMAT : 13,5cm x 20cm
Imprimer

Le sujet de fond, une étudiante serait tombée amoureuse d’un metteur en scène inconnu, et, brisée par son décès, s’effacerait peu à peu derrière ce qui ressemble à une mauvaise farce (l’invention de l’existence de ce metteur en scène). La mort finale de la jeune femme se mélangerait avec la mort de ses rêves et la fin de sa folie.

Comment résumer le thème de ce roman ? Ce pourrait être une histoire d’amour qui finit mal. Ce pourrait être une étude sur la difficulté de communiquer ou d’écrire. Ce pourrait être la description d’une lente descente dans la folie. Ce pourrait être un mélange des trois… On ne saura jamais si les circonstances sont vécues ou rêvées, si les personnages sont réels ou inventés. C’est en ce sens que la folie est omniprésente, dans les odeurs, dans les hallucinations, dans les dialogues hachés…

La forme de ce roman suit le fond, dans la mise en page, volontairement irrégulière et heurtée ; dans l’utilisation de la ponctuation, parfois abondante et à contre-emploi, parfois oubliée ; et dans le style d’une précision cruelle, redondant pour mieux démontrer, riche d’adjectifs juxtaposés à l’impact croissant, orné de phrases longues et chamarrées ou brèves et lapidaires.

Daniel Mesguich est un homme de théâtre et cela transparaît. Le découpage en chapitres devient un découpage en scènes. L’écriture oscille entre le scénario et l’explication du metteur en scène à ses comédiens. L’art de la tirade est porté à l’extrême, avec quelques passages raciniens et tumultueux. Le sens dramatique, toujours présent, semble le fil conducteur de cette histoire noire et désespérée. Les descriptions de paysages eux-mêmes, le vent, la pluie, la mer, sont pessimistes dans leur réalité. Un premier roman attachant, étrange, d’une conception élaborée et d’un style ciselé et théâtral.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 02/11/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd