L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 26 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Fuites et retours au front
Fabrice Lardreau   Nord absolu
Belfond 2009 /  18 € - 117.9 ffr. / 189 pages
ISBN : 978-2-7144-4589-6
FORMAT : 14cm x 22,5cm
Imprimer

Le dessein de Fabrice Lardreau est, si l'on peut dire, simple : dresser le tableau supposé prémonitoire d'une évolution écolo-sécuritaro-xénophobe. La politique fiction prend des accents gentiment moralistes, voire légèrement pesants lorsque nous sont décrits les rouages économiques et culturels d'une République du Nord imaginaire (chapitre 7, rédigé sous une forme littéralement encyclopédique), que l'on discerne sans trop de peine en décalquant une Algérie coloniale sur un fond de carte scandinave. Il s'agit en effet d'un territoire immense qui a été peu à peu annexé au cours des dernières décennies par un pays incomparablement plus moderne et occidental, "la Nation". Cette dernière, non contente de spolier les nordas de leurs immenses richesses énergétiques, les a également réduits à un rôle de parias, et les craint autant qu'elle les méprise en les consignant dans des banlieues défavorisées et en compliquant l'exercice de leur religion, jugée incompatible avec la bonne marche sanitaire et sociale.

Dans cet environnement étrangement familier, un candidat subtilement nommé Stalitlën, en hommage aux nouveaux philosophes sans doute, reçoit la confiance d'une part grandissante de la population, et l'animosité non dissimulée de l'intelligentsia de gauche, qui méprise ce populiste raciste. Philip Niels semble intimement mêlé à cette agitation, et nous entraîne dans une enquête qui concerne aussi bien les partisans que les adversaires du pouvoir. Paul Janüs, lui, a un visage tourné vers chaque camp. Et ce sont ses doutes, ses tentatives d'engagement, ses petites et grandes trahisons qui structurent le récit, avec la peur en toile de fond.

Comme le nom du personnage principal le laisse deviner, il s'agit d'un roman mettant en jeu des oppositions et des ambivalences. Au Pôle Nord, le jour et la nuit sont séparés de manière plus radicale que sous des latitudes plus tempérées, et si l'auteur abuse des symboles un peu scolaires et des métaphores trop vite éventées, il n'en demeure pas moins évident qu'il a mis au point avec beaucoup de soin, en vrai professionnel, la structure de son sixième roman. Tout d'abord, le cadre choisi, celui d'une ville sur l'eau, au milieu d'immenses étendues neigeuses, est fascinant et propice à l'élaboration d'un contexte particulier, d'un monde artificiel qui rend plus facile l'écriture d'une fable moins manichéenne qu'on aurait pu le croire. D'autre part, F. Lardreau maîtrise la notion de suggestion, introduisant dès lors chaque détail et chaque personnage de manière à accroître le suspense, et la construction temporelle du récit, finement travaillée, constitue l'intérêt principal de l'ouvrage en même temps que la pierre angulaire de l'intrigue. Pour finir, l'auteur a le bon goût de renoncer aux conclusions tranchées, grâce à de savantes pirouettes narratives.

Hélas, cela n'efface pas vraiment le caractère par trop didactique, malgré tout, d'une prose envahie par les allusions à l'actualité. Dangers de l'écologie radicale, marginalisation des banlieues, volontés et craintes d'assumer le vote FN, déséquilibres démographiques inquiétants pour la domination occidentale, pouvoir d'attraction de l'Islam, dérives sécuritaires, tout est là. Mais c'est beaucoup trop pour une oeuvre de science-fiction doublée de recherches psychologiques, oeuvre qui plus est courte. Où est passée l'art, derrière toutes ces questions de société ?

Nord Absolu plaira à ceux qui prennent le vote protestataire et la place à faire à l'Islam en Occident très au sérieux. Cependant, il semble évident que d'un point de vue littéraire, méditer les théories de Luc Ferry, les éditos de Marianne ou les articles de Courrier International n'est pas suffisant pour devenir Aldous Huxley - et peut-être pouvons-nous même ajouter que ce n'est pas nécessaire...


Aurore Lesage
( Mis en ligne le 10/02/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd