L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Six compagnons
Kgebetli Moele   Chambre 207
Yago 2010 /  18 € - 117.9 ffr. / 262 pages
ISBN : 978-2-916209-68-5
FORMAT : 13cm x 20cm

Traduction de David König
Imprimer

…Nous, les noirs, nous ne sommes pas un peuple heureux…» «…Il n’y a pas de punition plus douloureuse que de naître noir…» «…Tu réfléchis comme Mandela, empêtré dans un réseau de mensonges et figé dans une fierté imposée…» «…Le seul vigile dont les blancs avaient besoin était l’apartheid…»

Ces quelques citations du roman illustrent le fond du livre, la désolation et le désenchantement de six jeunes hommes occupant une même chambre, la chambre 207, et essayant dix années durant de sortir d’un quotidien chaotique à Johannesburg. La musique, l’écriture, la fête et les filles s’entremêlent dans leurs vies, les études également et leur difficulté d’aboutissement, ainsi que la cohabitation de deux générations que peu de choses réunissent ; il s’agirait presque de deux cultures différentes, la plus jeune ayant du mal à se séparer de la plus ancienne et gardant dans son goût de la modernité des habitudes d’un autre temps, comme le «maraboutage».

Et pourtant Chambre 207 n’est pas un livre dont on sort démoralisé, bien au contraire. Le regard de Moele sur leurs vies est lucide, amer parfois, désabusé toujours mais en même temps philosophe et les maux semblent glisser sur lui sans le déstabiliser vraiment. Il a des pages remarquables sur l’amitié qui est la trame du roman, sur son attachement à Johannesburg, sur la débrouillardise désinvolte qui fait partie des qualités obligatoires pour survivre et sur le statut désolant des femmes. Le tout dans un style alerte, coloré, mi-dialogue mi-soliloque, rempli de petites phrases délicieuses et profondes et d’analyses justes et drôles sur leurs comportements.

Il fait un constat qu’il pourrait ressentir comme négatif mais au milieu duquel il trouve une envie de vivre tout en sachant que rien ne changera vraiment ; c’est cette immobilité qui est la véritable désespérance de Chambre 207.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 15/03/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd