L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 27 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Ubu cadre
Frank De Bondt   Le Bureau vide
Buchet Chastel 2010 /  13.50 € - 88.43 ffr. / 119 pages
ISBN : 978-2-283-02437-9
FORMAT : 11,5cm x 19cm
Imprimer

Marc travaille dans une entreprise importante, la Maison, et la fusion de cette «maison» va entraîner son licenciement, qu’il refuse d’accepter. S’ensuit alors un comportement extravagant consistant à continuer à venir au bureau avec régularité, y compris quand ledit bureau se voit dépouillé petit à petit de son mobilier et même de sa porte.

Cette situation est un prétexte pour porter un regard «off» sur l’univers commercial, avec détachement et un certain humour. L’auteur ne stigmatise pas le travail lui-même mais s’attache aux travers humains et au côté dérisoire de certaines situations, l’importance du siège par exemple, les différents accès selon le niveau des employés, le peu de cas des maux du personnel si le prestige de l’entreprise est en jeu, les relations publicitaires et leurs excès…

Le tout est écrit drôlement, dans un langage d’entreprise, les termes étant les mêmes qu’un véritable discours économique, mais le trait acerbe transparaît. On se demande ce que deviendra Marc et comment il se sortira de cette spirale descendante pouvant le mener loin dans le renoncement de lui-même.

Le roman, qui se lit avec plaisir, n’est pas sans rappeler Le Principe de Peter de Raymond Hull. La différence est que Le Principe de Peter est une démonstration construite, humoristique et bienveillante dans sa moquerie fondée sur des faits réels, alors que Le Bureau vide porte un regard désenchanté et impitoyable sur le monde de l’entreprise, tel qu’il est ressenti par Frank De Bondt.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 17/03/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd