L'actualité du livre Mercredi 17 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Petit poisson génocidaire
Edgar Hilsenrath   Le Nazi et le Barbier
Attila 2010 /  23,50 € - 153.93 ffr. / 506 pages
ISBN : 978-2-917084-17-5
FORMAT : 14cm x 20cm

Traduction de Jörg Stickan et Sacha Zilberfab
Imprimer

Il faut remercier les éditions Attila de mettre enfin à la disposition du public français l'oeuvre d'Egdar Hilsenrath, Juif allemand passé par les ghettos avant de fuir en Israël et New York. Une œuvre grinçante, publiée dans les années 70 d'abord aux États-Unis, ensuite en Allemagne où elle fait immédiatement scandale. C'est que notre auteur n'y va pas de main morte pour évoquer le nazisme, la Shoah, mais aussi la naissance d'Israël et les affres de la modernité yankee ! Après Fuck America (2009, tout juste sorti en format de poche en Point-Seuil), les éditions Attila proposent cette année Le Nazi et le Barbier, avant que ne soit publiée la traduction de Nacht (roman fleuve sur les ghettos ukrainiens).

"Plus j'y réfléchis, plus je me dis : 'Max Schulz ! S'il y a une seconde vie pour toi, il faudrait que ce soit la vie d'un Juif ! Après tout, cette guerre, c'est nous qui l'avons perdue. Et les Juifs qui l'ont gagnée. Et moi, Max Schulz, j'ai toujours été un idéaliste. Mais un idéaliste d'une espèce particulière. Un idéaliste qui sait changer son fusil d'épaule. Quelqu'un qui sait que la vie est plus facile du côté des vainqueurs que des vaincus'" (p.182). Tout est là : Le Nazi et le Barbier narre sur 500 pages l'itinéraire incroyable, mais pas si improbable peut-être, d'un SS exterminateur, Max Schulz, devenu après la guerre Juif réfugié en Israël en prenant l'identité de son ami d'enfance, Itzig Finkelstein.

Un sergent SS qui deviendra sergent dans l'armée Tsahal, barbier de son état (comme étaient barbiers les Finkelstein depuis décimés). Un nazi ordinaire à peu de choses près : "Et moi, je n'étais qu'un petit poisson parmi plein d'autres petits poissons. Il y en avait des milliers comme moi, des petits génocidaires de rien du tout. Planqués quelques part, après" (p.447). Un tueur de Juifs dans le petit camps polonais de Laubwalde, passé à la libération entre les filets de l'armée rouge, quelques dents en or en poche, réfugié chez une paysanne polonaise folle, un temps amant d'une aristocrate allemande sans scrupule à Berlin, ensuite embarqué dans un simili Exodus pour ''renaître'' barbier, israélien et fier de l'être, de l'autre côté de la Méditerranée...

Un opportuniste qui ne fut pas un SS zélé, simple exécuteur enrôlé dans le nazisme. Point. Un fugitif ensuite, survivant mu par la soif de vivre. Un pion habile, une aberration historique rendue possible parce que le temps est alors à l'aberration.

500 pages qui filent au grès de courts chapitres, depuis l'enfance allemande, une mère énorme et prostituée, des pères nombreux - le géniteur exact n'est pas identifié !-, dont un est barbier, concurrent des Finkelstein. Hitler arrive au pouvoir alors que Max est un jeune adulte ; il sait très vite suivre les courants porteurs de l'histoire les plus porteurs, quitte la SA et rejoint la SS avant la Nuit des Longs Couteaux... La suite est dite plus haut.

500 pages qui se lisent à toute allure, rythmées aussi par un humour ravageur, catalysant une critique dépassant l'Allemagne nazie seule pour dépeindre dans un lavis noir brillant un certaine horreur humaine. Un humour catharsique, parfaitement maîtrisé, vif et percutant, qui donne l'envie de se plonger dans les autres romans d'un auteur à ne plus méconnaître.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 19/04/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd