L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 17 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Vent mauvais
Jean-Noël Schifano   Le Vent noir ne voit pas où il va
Fayard 2010 /  17 € - 111.35 ffr. / 189 pages
ISBN : 978-2-213-65466-9
FORMAT : 13,5cm x 21,5cm
Imprimer

Au centre de cet ouvrage, la ville de Naples et ses excès ; Jean-Noël Schifano, auteur de multiples ouvrages sur la ville de la «Camorra», reçoit en août 2009, avec soixante ans de retard, une lettre adressée à son père par Malaparte. Tout le livre est une longue réponse à cet écrivain ; on y trouve, pêle-mêle, la corruption du pouvoir italien, son alliance très intéressée avec l’Eglise vaticane, les turpitudes personnelles et politiques de Berlusconi (jamais nommé directement - prudence ou dégoût de la personne ?), la tuerie d’un groupe d’Africains en situation irrégulière, la mort de la chanteuse Miriam Makeba lors d’un concert de protestation contre cet événement, des références à Lucky Luciano, à Alberto Moravia, à Garibaldi, etc.

Le problème de la lecture de cet ouvrage, outre le style assez lassant, avec des phrases très longues, sans ponctuation ou presque, passant d’un sujet à l’autre sans transition aucune, et ouvrant des parenthèses et des apartés d’une demi-page, est qu’il faut être un expert de l’histoire italienne des cent dernières années pour s’y retrouver et en tirer un quelconque plaisir ; les allusions à la vie politique et à l’histoire de ce pays sont si nombreuses – elles constituent en fait le corps principal du texte – qu’on s’y perd comme dans un labyrinthe, avec l’impression d’être balloté par les mots comme par une mer en furie, qui ne nous laisse que peu de temps la tête hors de l’eau.

Il est certes des labyrinthes où l’on se perd avec délice, avec la douce crainte de découvrir ce qui se trame au détour de chaque virage ; Le vent noir… ne fait pas partie de ces dédales-là.


Michel Pierre
( Mis en ligne le 04/06/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd