L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 8 juillet 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

La raison du plus faux
Joséphine Dedet   L’Homme que vous aimerez haïr
Belfond 2010 /  18 € - 117.9 ffr. / 260 pages
ISBN : 978-2-7144-4255-0
FORMAT : 13,9cm x 22,5cm
Imprimer

Eric von Stroheim, Gloria Swanson, Jo Kennedy… Trois personnages réels, trois «monstres sacrés» qui appartiennent à la mythologie d’Hollywood. Josephine Dedet s’en empare librement pour raconter leur histoire imbriquée à l’occasion de la réalisation d’un film dont Gloria doit être la vedette et Von Stroheim le réalisateur.

L’ombre de Sunset boulevard plane sur le roman, qui s’inspire de l’histoire d’Hollywood, des films en noir et blanc, de l’ambiance des années trente, de la crise, de la montée des intolérances et du racisme en Europe. Eric von Stroheim est au cœur de la «toile», héros réel et fantasmé à la fois, voyeur discret qui reconstruit sa vie et l’invente. De fils de commerçants juifs viennois, dont il refuse tout, il se transforme en aristocrate du Vieux monde en débarquant aux Etats-Unis, et séduit des Américains naïfs et fascinés.

Joséphine Dedet raconte ici l’entreprise folle et vouée à un échec programmé de la réalisation d’un film, Queen Kelly, dont la star était Gloria Swanson et le financier son amant, Jo Kennedy (père JFK, Bobby et les autres…) ; Rose Kennedy fait une apparition rapide en guest star… Le titre est une citation du surnom que les Américains donnèrent à Eric von Stroheim qui joua souvent des rôles d’officier allemand hautain et cruel. Réalisateur à plusieurs reprises (Folies de femmes, 1921, Chevaux de bois, 1922, Les Rapaces, 1923-25…), Eric von Stroheim connut les pires ennuis avec les studios, en raison de ses budgets pharamineux et de ses scénarios douteux. Il laissa surtout le souvenir d’un acteur (pour les Français en particulier dans La Grande Illusion, face à Pierre Fresnay).

Josephine Dedet retrace avec brio ces histoires insensées et l’humour froid de son héros, seul maître à bord d’un tournage délirant qu’il pousse au bout de l’absurdité sur fond de retournements, de rôles multiples, d’intrigues complexes, de voyeurs observés…

«Von» observe le monde à travers un minuscule judas foré dans la cloison de sa chambre, masqué par un crucifix… Mais qui observe Von ? Quelle raison mène un monde déraisonnable ? De quelle utilité peut-elle être ? La dernière phrase est un adieu désinvolte : «Je le sais depuis longtemps : la raison du plus faux est toujours la meilleure».


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 19/01/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd