L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 22 août 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

L'Histoire meurtrie
Arno Bertina   Le dehors - ou la migration des truites
Actes Sud - Domaine français 2001 /  14.96 € - 97.99 ffr. / 218 pages
ISBN : 274273404X
Imprimer

Pour son premier roman, Arno Bertina nous raconte le destin chaotique de deux apatrides dans les années 50 : Kateb, un immigré kabyle qui vit à Paris avec une Française, Dora ; et Malo, un médecin français émigré, marié avec Lorraine, une fille de colons algériens, et contraint de fuir le pays au moment de l'indépendance.

A tour de rôle, nous entendons les voix, souvent haletantes, de ces différents personnages pris dans la tourmente de l'Histoire. L'enjeu du roman n'est pas tout à fait d'ordre historique, même si son auteur respecte une trame événementielle précise : le rappel des événements de 1954 ; la manifestation parisienne du 17 octobre 1961 réprimée dans le sang ; les suites de l'indépendance en 1962. Quant au sous-titre du livre - "la migration des truites" - nous n'en aurons la signification qu'à la fin, lorsque Arno Bertina en vient à parler du sort tragique des harkis.

C'est sur un parfum de révolution, celle de mai 1968, que le livre ironiquement se termine. Le romancier met en scène Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud confrontés à la foule qui a envahi un théâtre de l'Odéon soudain pris de délire. Ce sont des pages superbes, dans un livre cependant trop souvent desservi par une certaine lourdeur rhétorique. Le poète nuit parfois au romancier, et l'histoire s'égare dans des digressions de roman naturaliste ou de pesantes visions romantiques.

On n'en voudra cependant pas trop à l'écrivain, d'autant plus qu'il nous livre par ailleurs de fort intéressantes images. Ainsi des métaphores de la plaie béante et de la cicatrice qui courent à travers le livre. Au moment des massacres, la terre entre en sympathie avec la douleur des hommes. Elle n'est plus alors qu'un immense corps blessé. Dans ces pages, les plus fortes du roman d'Arno Bertina, c'est au Giono du Chant du monde qu'on songe alors irrésistiblement.


Thomas Regnier
( Mis en ligne le 23/10/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd