L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Les promesses de la jeunesse
Roland Cailleux   Saint-Genès - ou la vie brève
Le Dilettante 2011 /  25 € - 163.75 ffr. / 445 pages
ISBN : 978-2-84263-648-7
FORMAT : 14,1cm x 20,5cm

Préface de Michel Déon
Imprimer

Les éditions Le Dilettante publient régulièrement des textes oubliés ou introuvables. C’est le cas de Saint-Genès ou la vie brève de Roland Cailleux, qui avait été publié chez Gallimard en 1943 (soutenu par Jean Paulhan), et jamais depuis.

L’auteur est aujourd’hui un inconnu : médecin de Gide, ami de Vialatte, Blondin, exécuteur testamentaire de Roger Nimier, il a peu publié ; Le Serpent à Plumes a réédité en 2007 Une lecture (paru en 1948), mais la plupart de ses textes sont aujourd’hui non disponibles. Michel Déon signe une courte préface dans laquelle il rappelle les conditions de publication de Saint-Genès (exact contemporain du Gilles de Drieu la Rochelle) et constate : «Saint-Genès n’appartenait à aucun genre. Pour la commodité on pourrait le baptiser roman, un terme qui à l’époque cernait étroitement un livre racontant une histoire. Dans le cas de Saint-Genès, le lecteur est désorienté, souvent pris à contre-pied».

Effectivement, désorienté est le terme juste pour cet épais «roman» de 445 pages qui commence par un journal d’adolescent, celui tenu par Saint-Genès, fils de libraire rue de Médicis ; le chapitre suivant est un dialogue échangé entre Saint-Genès et un candidat attendant les résultats de la session de septembre du baccalauréat. On suit le héros éponyme de chapitre en chapitre, sans qu’il y ait de véritable cohérence, ni même d’histoire en dehors de ce fil ténu qui le suit durant ces brèves années d’adolescence et de jeunesse, aux riches promesses inégalement tenues.

Un conte de fées se glisse entre deux chapitres. Dialogue, correspondance, autobiographie, poèmes, conte… Roland Cailleux joue à expérimenter diverses formes littéraires, et l'éditeur rajoute en épilogue un «Chapitre inédit où Roland Cailleux imagine un critique qui éreinte Saint–Genès».

Un texte surprenant qui séduit ou qui rebute… Il faut se laisser emporter par la forme et l’écriture, mais on peut également être parfaitement hermétique à cette recherche constante de style qui fonctionne pour elle-même, et qui répond aussi à des interrogations littéraires des années trente.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 27/04/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd