L'actualité du livre Samedi 15 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Petite fille en pleurs
Michèle Halberstadt   La Petite
Albin Michel 2011 /  12,90 € - 84.5 ffr. / 150 pages
ISBN : 978-2-226-22971-7
FORMAT : 12,4cm x 18,3cm
Imprimer

La première phrase dit tout : «J’ai douze ans, et ce soir, je serai morte». Avec minutie, sans effets inutiles, la narratrice explique ce qui l’a conduite à prendre une telle décision et à la mettre en œuvre, méticuleusement. Se déploie un quotidien de petite fille, cadette à la suite d’une aînée brillante, dans une famille juive aimante et soucieuse du bien être des deux fillettes et de leur avenir qui - entre autres - doit passer par les études.

Un lieu : Paris. Une époque : celle du tube de Julien Clerc, ''La Cavalerie'', 1968 : «Un jour je prendrai la route/ Vers ailleurs coûte que coûte…/ J’aurai enfin tous les courages/ Ce sera mon héritage». Un cadre : le collège avec ses profs plus ou moins appréciés, ses matières détestées, les copines rivales, toutes les tracasseries - menues aux yeux d’adultes mais immenses pour les enfants. Un refuge : la musique. «Je travaillais, je lisais en musique. J’attendais après le dîner que mes parents s’installent devant la télévision. Alors, je fermais la porte de la salle à manger, et il suffisait que j’allume mon transistor ou que je mette un disque pour me retrouver chez moi. La musique délimitait mon espace, j’y étais à l’abri». Dans cet univers tranquille, mais un peu terne, une lumière : la présence chaleureuse du grand-père, et les liens forts et ignorés de l’entourage tissés entre eux. Or celui-ci disparaît, et tout devient tristesse et malentendu.

Michèle Halberstadt fait partager les impressions de cette petite fille, à la veille de l’adolescence, elle sait trouver le mot juste, redonner l’ambiance de la fin des années 60, par petites touches fines, aquarellées ; elle sait entrer dans les doutes, les interrogations, le sentiment de culpabilité de la narratrice qui ne se trouve pas assez… ou qui se trouve trop… Qui n’a plus d’oreilles affectueuses capables de l’entendre depuis la mort de son grand-père, même si elle est au cœur d’une famille aimante, mais pas sur sa longueur d’onde…

Vraiment un joli court roman – ou longue nouvelle - de Michèle Halberstadt, avec en exergue la phrase de la chanson de Claude Nougaro, «Une petite fille en pleurs dans une ville en pluie», qui donne bien le ton général.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 21/09/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L’Incroyable histoire de Mademoiselle Paradis
       de Michèle Halberstadt
  • Un écart de conduite
       de Michèle Halberstadt
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd