L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 21 septembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

L'oiseau chantait
Christopher Gérard   Vogelsang ou la mélancolie du vampire
L'Âge d'homme - La petite Belgique 2012 /  15 € - 98.25 ffr. / 155 pages
ISBN : 978-2-8251-4199-1
FORMAT : 14,0 cm × 21,0 cm
Imprimer

Des vampires certes hématophages et photophobes, mais que reflètent les miroirs, mais dont le mythe est revisité avec originalité : la lune comme divinité et mater prima ; le Caucase comme probable origine géographique ; une langue précise, l’Idiome aux XII Voyelles ; des rythmes biologiques ordonnés de même autour du nombre douze ; un lignage où sont Seigneurs, Rois, Guerriers, et Solitaires mystérieux (l’ensemble des motifs ne sont pas sans rappeler parfois, lointainement, les dires de géographes de l’Antiquité, de Hérodote sur les Scythes).

Des vampires qui sévissent à Bruxelles, dont la modernité - s’il en est - européenne leur est à la fois contrainte et ressource(s). Et parmi eux Vogelsang (littéralement l’oiseau chantait), qui apprécie en effet le chant des oiseaux (allusion à l’ésotérique Langue des Oiseaux ?), aussi dandy et esthète que sauvage, aussi mélomane que cruel, mais dont la nature est autrement complexe, dont le sang est mêlé, vampirique et humain.

D’où alors sa perte, d’où alors sa mélancolie. Une mélancolie toute mannienne (on pense à Thomas Buddenbrook, à Hans Castorp, au Docteur Faustus), une mélancolie qui toutefois l’excède et pourrait être plus large métaphore : celle d’une modernité où l’identité semble n’être que métissée, où des valeurs communes inscrites dans la durée et la verticalité s’effondrent dans l’immédiat, l’horizontalité, l’individualisme. Aussi le vampirisme est-il peut-être moins dans les protagonistes que, en effet, dans nos sociétés erratiques.

Puis l’intrigue est élégante, qui commence in medias res, où présent et passé s’instruisent, où d’habiles silences du récit ajoutent à l’étrangeté. Loin des Carpates et du gothique, Vogelsang ou la mélancolie du vampire renouvelle le genre avec style et pertinence.

Né à New-York en 1962, Christopher M. Gérard a étudié les langues ancienne à l’Université de Bruxelles. Il a publié trois romans, Le Songe d’Empédocle (Prix E. Martin), Maugis et Porte-Louise. Son récit, Aux Armes de Bruxelles, a été couronné par l’Académie royale de langue et de littérature française.


Arnaud Bordes
( Mis en ligne le 25/05/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Maugis
       de Christopher Gérard
  • Aux armes de Bruxelles
       de Christopher Gérard
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd