L'actualité du livre Mardi 16 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Train d’enfer
Jean-Baptiste Harang   Bordeaux-Vintimille
Grasset 2013 /  12.10 € - 79.26 ffr. / 121 pages
ISBN : 978-2-246-78571-2
FORMAT : 12,2 cm × 19,0 cm
Imprimer

Tout commence par la description d’un visage ; celui de Rachid, algérien d’Oran venu en France pour rencontrer une femme avec qui il a correspondu et dont il espère secrètement faire son épouse. Mais Patricia n’est pas amoureuse, elle l’éconduit gentiment, et Rachid repart chez lui, en train d’abord jusqu’à Marseille, puis en bateau pour traverser la Méditerranée. Il ne la traversera jamais plus ; dans le train, il va rencontrer son destin, sous les traits de trois jeunes, candidats à la Légion Etrangère, candidats surtout pour une «bastonnade», qui vont le massacrer et le jeter par la portière du train en marche, sans qu’on sache jamais s’il était encore vivant ou déjà mort.

C’est un fait divers authentique que nous raconte Jean-Baptiste Harang : l’affaire du «Bordeaux-Vintimille», en novembre 1983, dans laquelle un Algérien est mort sous les coups de trois monstres, et – presque - sous les yeux des 95 passagers du train, qui n’ont pas bougé durant les quelques heures du massacre. Roger Hanin, à l’époque des faits, avait tiré de cet événement un film, Train d’enfer, où la tentative d’interprétation des actes faisait perdre de sa force au message délivré.

Un fait divers horrible dans sa banalité, monstrueux dans sa bêtise, dont l’auteur, qui était correspondant pour Libération à Toulouse au moment des faits, nous livre le moindre détail, en reprenant les faits bruts et en imaginant des dialogues à partir du récit fait par les assassins lors du procès. Aucun pathos, aucune explication ou recherche de justification dans son récit. Son style est cinglant, comme s’il jetait le livre à la figure des assassins et des témoins (du lecteur ?) qui n’ont pas su – pas pu ? - empêcher ce drame. La froideur de la description des faits n’en prend que plus de force, et l'on reste glacé devant tant d’ignominie.

On pense quelquefois au récit que Jacques Chessex fit de l’assassinat d’un marchand de bestiaux en Suisse à la fin des années 30, dans Un juif pour l’exemple ; même sécheresse, même absence de jugement, c’est le lecteur qui doit aller lui-même au bout de l’horreur et se forger sa propre interprétation des faits.


Michel Pierre
( Mis en ligne le 15/02/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Nos coeurs vaillants
       de Jean-Baptiste Harang
  • La Chambre de la Stella
       de Jean-Baptiste Harang
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd