L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 14 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Madame G.
Yves Charnet   La Tristesse durera toujours
La Table Ronde 2013 /  17 € - 111.35 ffr. / 170 pages
ISBN : 978-2-7103-7003-1
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

Fils unique d’une mère qu’il aurait voulu aimer mais que le silence a tenue à distance, l’auteur rend hommage à l’autre femme, Madame G., l’origine de l’amour, lumière de l’enfance.

Les souvenirs remontent à la peau, la fraicheur, la paix et le bonheur ressentis à son contact. Cette peau comme une aura, comme seule poésie. Yves Charnet revient sur la générosité de cette femme, les invitations à déjeuner le dimanche sous la pergola, nappes blanches et cerises à l’eau de vie, instants paisibles prolongés par les conversations sur les petits bancs du jardin…

Puis sa propre vie, trop affairée, trop de promesses de retour non tenues, trop de ″déraisons, de pitoyable panoplie de justification″, et la mort de Madame G. Deuil impossible pour cet homme qui tente, par petites touches, dans un récit subtil et poétique, de passer entre les mailles du manque. La prose des souvenirs se tisse autour des rituels du passé… Cruel pèlerinage à La Charité-sur-Loire, sur les lieux de son enfance : envolées les nappes, plus de jolies vaisselles, arrachées les glycines, enterrés Charles Trenet et Barbara, du charmant petit jardin il ne reste qu’une cour où les nouveaux propriétaires garent leur bagnole. Coup de jarnac, coup de poing, coup au cœur… Mémoire et Loire se confondent dans la vase des regrets et des remords.

«Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais» (Romain Gary, La Promesse de l’aube). Déchirement de cet amour perdu, de cette douceur broyée dans la désillusion de l’enfer technocratique de nos vies d’adulte. Qu’a-t-on fait de son enfance ? Errance mélancolique des mémoires. Vouloir ″dénaître, déréver de n’être rien″. Mais…

Mais l’amour de l’origine détient en elle, dès la petite enfance, toutes les racines du désir d’aimer…


Marie-Claude Bernard
( Mis en ligne le 18/02/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd